jeudi 9 janvier 2020

LES ENSEIGNES DU VILLAGE D'HAUTVILLERS




Les enseignes en fer forgé

"Au Moyen Age, les enseignes sont des indications précieuses pour les personnes illettrées. Elles avaient alors une visée uniquement commerciale.
Aujourd'hui près de 140 enseignes ornent les rues Altavilloises.
Au premier coup d'œil certaines peuvent être « illisibles », c'est que cette tradition est ré apparue sur Hautvillers au cours des années 50, dans l'optique de permettre aux habitants d'exprimer au travers d'une enseigne leur métier mais aussi leur passion, une petite histoire, une anecdote.
Toutes sont des modèles uniques confectionnées par un ferronnier d'art de la région."




























Et voici quelques explications de ROGER POURTEAU :

"Hautvillers est un village champenois qui se visite la tête en l'air. Il a beau être connu pour avoir hébergé dom Pérignon pendant près d'un demi- siècle, c'est à tout autre chose qu'il doit aujourd'hui son intérêt touristique. Ce très vieux village viticole (il est né en 658) a ressuscité, dans les années 50, la tradition des enseignes en fer forgé qui, au Moyen Age, facilitaient le quotidien de ceux qui ne savaient pas lire. On dénombre 140 de ces pittoresques enseignes au-dessus des ruelles de ce bourg de moins de 900 âmes. Ici, c'est le coiffeur qui signale sa présence par une paire de ciseaux, là, c'est le menuisier avec son rabot, plus loin, un pompier et son échelle indiquent le dépôt du matériel d'incendie. Comme les vignerons se comptent par dizaines dans ce village voué majoritairement au pinot meunier, c'est le motif du travail de la vigne et du vin qui revient le plus souvent sur les façades des maisons altavilloises.

Un bourg pittoresque marqué par le souvenir de dom Pérignon

Mais les artistes en ferronnerie d'art, qui ont trouvé en ces lieux un vaste champ d'expression, n'ont pas oublié la vieille gloire locale. Et les touristes s'amusent parfois à compter les multiples représentations imaginaires de dom Pérignon découpées dans le métal colorié. A Hautvillers, on n'échappe pas comme cela au souvenir tutélaire du père abbé, promu cellérier de la riche abbaye et qui, à ce titre, avait la haute main sur l'élaboration des vins de la communauté. Même s'il a peaufiné l'art de l'assemblage des crus et des cépages dans ses caves abbatiales, c'est « à l'insu de son plein gré » qu'on l'a qualifié d'« inventeur de la mousse ».
En 1955, les Altavillois ont cessé de fêter dom Pérignon, mais il reste incontournable dans le village, où il a sa rue et son musée, inauguré en 1977 et propriété de Moët et Chandon. Car Hautvillers, c'est aussi le fief de la famille Chandon, qui, à partir de 1823, commença à racheter les restes de l'abbaye et qui, pendant près d'un quart de siècle, dirigea les affaires de la commune. Village touristique où le champagne est présent à tous les coins de rues, Hautvillers se visite sous la conduite d'habitants du village regroupés au sein de l'association Les Amis d'Hautvillers."


LES ENSEIGNES ET LES GIROUETTES DES GRIGRIS DE SOPHIE

 LE LIEN

LE BLOG D'ANNE LANDOIS-FAVRET

UN LIEN

UN BLOG PHOTOS

(cliquer)



Avril 2019

Pour  Annie

Aucun commentaire:

Publier un commentaire