Les Grigris de Sophie ce sont bien sûr des broches, des colliers et des sacs … mais c’est aussi un blog !

Les Grigris de Sophie ce sont bien sûr des broches, des colliers et des sacs …

Mais c’est aussi un blog ! Un blog dans lequel je parle de CEUX et de CE que j’aime …
HHHHHHHHHHHHHHHHHHHH
Vous trouverez ici des artistes, des lieux insolites, des recettes, des films, des expositions, des musiques, des spectacles, des photographies d’amis ….
Tout ce qui rend la vie meilleure, tout ce qui rend ma vie meilleure !

.......................................................................................
........................................................................................
........................................................................................
.........................................................................................

samedi 30 novembre 2019

LE MUSÉE D'ART MODERNE DE PARIS


Avec près de 15 000 œuvres, les collections du Musée d'Art Moderne de Paris représentent la richesse de la création artistique au XXème et XXIème siècles et témoignent du dynamisme de la scène artistique contemporaine.
Pouvoir profiter gratuitement de toutes ces merveilles est une chance à ne pas laisser passer !
Moi j'ai eu un grand plaisir à déambuler dans ce musée accueillant
A signaler aussi  l'accueil très sympathique que ce soit au niveau des caisses ou du vestiaire.




 Akira Tanaka



 JeanLurçat




 Picasso


 Modigliani


Foujita


 Jules Pascin




 Chagall


Marino Marini


 Matisse


 Pierre Bonnard



 Toyen


Tal-Coat


 Chaissac


 Picabia


Chaissac



11 Avenue du Président Wilson 75116 Paris
Standard : Tél. +33 1 53 67 40 00



vendredi 29 novembre 2019

GROS PLANS SUR SYLVAIN CORENTIN ....


Quelques détails de la belle exposition de Carquefou consacrée à SYLVAIN CORENTIN 
en septembre et octobre 2019 ...











 " Les œuvres de Sylvain Corentin s’érigent, dans un enchevêtrement de matériaux. Branches, cagettes de bois, morceaux de meubles, paniers en osiers s’entremêlent entre équilibre et fragilité. Évoquant les habitats des premiers âges et des architectures imaginaires, ses sculptures blanches se laissent voir telles des reliquaires qui abritent parfois des objets. Dessins et sculptures témoignent de son enjeu de prendre de la hauteur sur notre monde, afin de le voir tel qu’il est dans son ensemble. Au travers de la géologie, l’archéologie, la géographie et l’urbanisme, Sylvain Corentin montre un univers rempli d’histoires comme une vie qu’on s’acharne à construire."





 Pour mémoire et pour le plaisir ....

jeudi 28 novembre 2019

YAYOI KUSAMA : LA PRINCESSE AUX PETITS POIS FOREVER


On connaît tous YAYOI KUSAMA : LA PRINCESSE AUX PETITS POIS.
Nous sommes des milliers à avoir aimé ses installations, fascinés par ses miroirs démultipliant les pois à l’infini, par ses petites ampoules de couleurs qui s’allument ensemble ou alternativement créant un univers féérique.
Cette femme est une légende à la folie magnifique !


 

















"Yayoi Kusama est née en 1929 au Japon. Elle a reçu une formation classique à l’École d’art de Kyoto. Son adolescence est marquée par Hiroshima.
Yayoi Kusama présente ses pois comme une hallucination. « J’ai vu les premiers à l’âge de dix ans et je continue à en voir encore », dira-t-elle. L’histoire est devenue une légende. Les pois seraient apparus alors qu’elle regardait le motif à fleurs d’une nappe. L’empreinte serait restée sur sa rétine alors qu’elle regardait le plafond.

La légende présente aussi sa « folie » comme un ressort fort de sa création. Elle vit d'ailleurs depuis la fin des années 1970 dans un asile psychiatrique au Japon, tout en continuant à travailler.
« Kusama occupe une place singulière dans l’histoire de l’art contemporain, à l’instar d’autres grandes artistes femmes comme Eva Hesse ou Louise Bourgeois ».
Son art ne se réduit pas aux pois. La récurrence du motif ne doit pas cacher une œuvre d’une grande diversité : petites peintures oniriques des jeunes années fortement influencées par les surréalistes. Des œuvres qui se caractérisent par une recherche de couleurs subtiles. Et quand Kusama arrive aux Etats-Unis en 1957, elle peint de grands tableaux monochromes, baptisés « Infinity Nets ». Blancs d’abord, puis jaunes, rouges, noirs.

A New York, elle participe à l’explosion contestataire des années 1960 en organisant des happenings : des jeunes garçons et filles, nus, de gros pois ronds de couleur peints sur le corps, forment une mêlée joyeuse ou se promènent dans les rues de la métropole. Ces évènements sont immortalisés par des vidéos.

Des pois à l'infini, dans les miroirs

A cette époque, Kusama développe un autre motif obsessionnel : le phallus. Elle fabrique des quantités délirantes de formes phalliques avec ses draps, qu’elle découpe, coud et rembourre. Puis elle les colle sur des fauteuils ou des escabeaux, en remplit des chaussures. Et elle se met en scène au milieu des ces « accumulations ».
Le retour au Japon, en 1973, est douloureux. Après une tentative de suicide en 1976, elle s’installe à l’hôpital psychiatrique mais continue à créer abondamment, dans son atelier proche. Les phallus se muent en reptiles, s'enroulant sur des poteaux ou jaillissant du sol.

L’utilisation du pois devient systématique dans de nouveaux « environnements ». Dans un espace clos, des miroirs démultiplient les pois à l’infini autour du visiteur. De petites ampoules de couleurs qui s’allument ensemble ou alternativement créent un univers féérique.
Ces dernières années, Yayoi Kusama a peint des tableaux aux couleurs vives qui font penser à de l’art brut, emplis d’yeux et de visages de profil."


A Copenhague ... Eté 2018









SUR WIKIPÉDIA 


SUR ARTSPER 


SUR ART WIKI 


DANS TELERAMA 


(cliquer)

Pour Marianne Voisin