Les Grigris de Sophie ce sont bien sûr des broches, des colliers et des sacs … mais c’est aussi un blog !

Les Grigris de Sophie ce sont bien sûr des broches, des colliers et des sacs …

Mais c’est aussi un blog ! Un blog dans lequel je parle de CEUX et de CE que j’aime …
HHHHHHHHHHHHHHHHHHHH
Vous trouverez ici des artistes, des lieux insolites, des recettes, des films, des expositions, des musiques, des spectacles, des photographies d’amis ….
Tout ce qui rend la vie meilleure, tout ce qui rend ma vie meilleure !

.......................................................................................
........................................................................................
........................................................................................
.........................................................................................

vendredi 29 mai 2020

LES COULEURS DE CHRISTINE FAYON


Lorsque j'ai trouvé au hasard de mes promenades googleliennes ces différents textes sur les tissus 
j'ai aussitôt pensé aux créations de Christine Fayon.
Voici donc aujourd'hui sur les Grigris de la lecture et de la couleur !
















Dostoïevski dans l’Idiot
Autour, en désordre, sur le lit, au pied du lit, au chevet, dans un fauteuil, et même par terre, on voyait, éparpillés, des vêtements, une riche robe de soie blanche, des fleurs, des rubans

Flaubert dans Madame Bovary
Des moires frissonnaient sur la robe de satin blanche comme un clair de lune ; et il lui semblait que, s’épanchant au dehors d’elle-même, elle se perdait confusément dans l’entourage des choses, dans le silence, dans la nuit, dans le vent qui passait, dans les senteurs humides qui montaient.


Marcel Proust, dans la Prisonnière
« La robe de Fortuny que portait ce soir-là Albertine me semblait comme l ‘ombre de cette invisible Venise. Elle était envahie d’ornementation arabe comme Venise, comme les palais de Venise dissimulés à la façon des sultanes derrière un voile ajouré de pierres, comme les reliures de la Bibliothèque Ambrosienne, comme les colonnes desquelles les oiseaux orientaux qui signifient alternativement la mort et la vie, se répétaient dans le miroitement de l’étoffe, d’un bleu profond qui, au fur et à mesure que mon regard s’y avançait, se changeait en or malléable par ces mêmes transmutations qui devant la gondole qui s’avance, changent en métal flamboyant l’azur du Grand Canal. Et les manches étaient doublées d’un rosé cerise, qui est si particulièrement vénitien qu’on l’appelle rosé Tiepolo. »


Émile Zola dans Les épaules de la marquise
La marquise dort dans son grand lit, sous les larges rideaux de satin jaune. À midi, au timbre clair de la pendule, elle se décide à ouvrir les yeux.
La chambre est tiède. Les tapis, les draperies des portes et des fenêtres, en font un nid moelleux, où le froid n’entre pas. Des chaleurs, des parfums traînent. Là, règne l’éternel printemps.


Émile Zola encore, toujours dans Les épaules de la marquise
Le reflet bleuâtre de la neige emplit la chambre d’une lumière toute gaie. Le ciel est gris, mais d’un gris si joli qu’il rappelle à la marquise une robe de soie gris-perle qu’elle portait, la veille, au bal du ministère. Cette robe était garnie de guipures blanches, pareilles à ces filets de neige qu’elle aperçoit au bord des toits, sur la pâleur du ciel. (…)Toute une génération a déjà vieilli dans le spectacle des épaules de la marquise. Depuis que, grâce à un pouvoir fort, les dames de naturel joyeux peuvent se décolleter et danser aux Tuileries, elle a promené ses épaules dans la cohue des salons officiels, avec une assiduité qui a fait d’elle l’enseigne vivante des charmes du second empire. Il lui a bien fallu suivre la mode, échancrer ses robes, tantôt jusqu’à la chute des reins, tantôt jusqu’aux pointes de la gorge ; si bien que la chère femme, fossette à fossette, a livré tous les trésors de son corsage. Il n’y a pas grand comme ça de son dos et de sa poitrine qui ne soit connu de la Madeleine à Saint-Thomas-d’Aquin. Les épaules de la marquise, largement étalées, sont le blason voluptueux du règne.


Balzac dans Les secrets de la Princesse de Cadignan
Elle avait mis une robe de velours bleu à grandes manches traînantes, à corsage apparent, une de ces guimpes en tulle légèrement froncée, et bordée de bleu, montant à quatre doigts de son cou et couvrant les épaules.

Balzac dans Eugénie Grandet
A Tours, un coiffeur venait de lui refriser ses beaux cheveux châtains ; il y avait changé de linge, et mis une cravate de satin noir combinée à un col rond, de manière à encadrer agréablement sa blanche et rieuse figure. Une redingote de voyage à demi boutonnée lui ponçait la taille, et laissait voir un gilet de cachemire à châle sous lequel était un second gilet blanc. (…) Son pantalon gris se boutonnait sur les côtés, où des dessins brodés en soie noire enjolivaient les coutures.

Baudelaire dans Le Spleen de Paris
Une chambre qui ressemble à une rêverie, une chambre véritablement spirituelle, où l’atmosphère stagnante est légèrement teintée de rose et de bleu.
L’âme y prend un bain de paresse, aromatisé par le regret et le désir. — C’est quelque chose de crépusculaire, de bleuâtre et de rosâtre ; un rêve de volupté pendant une éclipse.
Les meubles ont des formes allongées, prostrées, alanguies. Les meubles ont l’air de rêver ; on les dirait doués d’une vie somnambulique, comme le végétal et le minéral. Les étoffes parlent une langue muette, comme les fleurs, comme les ciels, comme les soleils couchants. (…) La mousseline pleut abondamment devant les fenêtres et devant le lit; elle s’épanche en cascades neigeuses. Sur ce lit est couchée l’Idole, la souveraine des rêves. Mais comment est-elle ici ? Qui l’a amenée ? quel pouvoir magique l’a installée sur ce trône de rêverie et de volupté ? Qu’importe ? la voilà ! je la reconnais.


Vers à soie de Jacques Roubaud
Les vers à soie murmurent dans le mûrier
ils ne mangent pas ces mûres blanches et molles
pleines d’un sucre qui ne fait pas d’alcool
les vers à soie qui sont patients et douillets
mastiquent les feuilles avec un bruit mouillé
ça les endort mais autour de leurs épaules
ils tissent un cocon rond aux deux pôles
à fil de bave, puis dorment rassurés
En le dévidant on tire un fil de soie
dont on fait pour une belle dame une robe
belle également qu’elle porte avec allure
Quand la dame meurt on enterre la soie
avec elle et on plante, sur sa tombe en octobre,
un mûrier où sans fin les vers à soie murmurent.
Toujours pas ? Alors on monte d’un cran

Victor Hugo – La rose de l’infante
Sa basquine est en point de Gênes ; sur sa jupe
Une arabesque, errant dans les plis du satin,
Suit les mille détours d’un fil d’or florentin.
La rose épanouie et toute grande ouverte,
Sortant du frais bouton comme d’une urne verte,
Charge la petitesse exquise de sa main ;


 Victor Hugo – Pepita
Dans sa résille de soie
Pepa mettait des doublons ;
De la flamme et de la joie
Sortaient de ses cheveux blonds.
Tout cela, jupe de moire,
Veste de toréador,
Velours bleu, dentelle noire,
Dansait dans un rayon d’or.


Gérard de Nerval – Les papillons
Comme un éventail de soie,
Il déploie
Son manteau semé d’argent ;
Et sa robe bigarrée
Est dorée
D’un or verdâtre et changeant.


Charles Baudelaire le Spleen de Paris
Elle s’avance, balançant mollement son torse si mince sur ses hanches si larges. Sa robe de soie collante, d’un ton clair et rose, tranche vivement sur les ténèbres de sa peau et moule exactement sa taille longue, son dos creux et sa gorge pointue.
Son ombrelle rouge, tamisant la lumière, projette sur son visage sombre le fard sanglant de ses reflets.
Le poids de son énorme chevelure presque bleue tire en arrière sa tête délicate et lui donne un air triomphant et paresseux. De lourdes pendeloques gazouillent secrètement à ses mignonnes oreilles.
De temps en temps la brise de mer soulève par le coin sa jupe flottante et montre sa jambe luisante et superbe ; et son pied, pareil aux pieds des déesses de marbre que l’Europe enferme dans ses musées, imprime fidèlement sa forme sur le sable fin. Car Dorothée est si prodigieusement coquette, que le plaisir d’être admirée l’emporte chez elle sur l’orgueil de l’affranchie, et, bien qu’elle soit libre, elle marche sans souliers.




LE SITE DE CHRISTINE

(cliquer)





jeudi 28 mai 2020

DES NOUVELLES D'OSAMA















 


 

 Quand Osama utilise ses palettes pour peindre ...


 



OSAMA peint à l’huile des femmes, des portraits colorés sur des matériaux de récupération (du bois de bateau, du bois flotté, de la toile, des cache pots, des portes, des valises.... les possibilités sont infinies !).
Il mêle à sa peintures des collages de journaux égyptiens, des partitions. 
Inspiré par les couleurs de son pays natal l’Égypte,sa peinture est généreuse, chaleureuse, lumineuse et joyeuse.



OSAMA ET LES GRIGRIS DE SOPHIE 

RETROUVEZ OSAMA SUR FACEBOOK

(cliquer)



Mars 2020....


mercredi 27 mai 2020

M'AN JEANNE AU CRAC DE FONTENOY-EN-PUISAYE





« Il me semble que j’ai toujours connu M’an Jeanne, pourtant nous ne nous sommes jamais rencontrées. Elle était déjà morte lorsque, jeune institutrice, je suis venue ici suivre un stage de sculpture organisé par son fils Jean-Louis… Et, voyez, je n’en suis jamais repartie ! Nous nous sommes mariés… C’est moi qui ai poussé Jean-Louis à créer un « Musée M’an Jeanne », après un rêve étrange où elle m’incitait à le faire… Quelle joie lorsque, en 1993, nous avons réalisé mon rêve » voici ce qu'écrit Ghislaine Vetter dans son livre " M'an Jeanne artiste à 71 ans". 
Nous avons eu la chance de rencontrer Ghislaine et de l'écouter parler de cette œuvre singulière et attachante.


 

 

"Depuis 1958, le Château du Tremblay de Fontenoy mène une action culturelle en faveur de l’art contemporain. Devenu Centre Régional d’Art Contemporain en 1978, il poursuit sa vocation de diffusion et de promotion d’artistes de renommée nationale et internationale. Alechinsky, Atlan, Olivier Debré, Poliakoff, Mathieu, Nikki de Saint Phalle, Antonio Segui, Soulages, Jean Dubuffet, Speedy Graphito, Hervé di Rosa entre autres y ont exposé. Des artistes régionaux présentent régulièrement leurs créations, en alternance avec des expositions thématiques.
Le Château du Tremblay abrite aussi en permanence le Musée M’an Jeanne dédié à l’oeuvre d’art brut d’une ouvrière agricole qui se mit à créer, à l’âge de 70 ans et d’une manière très personnelle, des petits tableaux au pastel gras qui alternent motifs et personnages.
Née le 19 septembre 1902 à Paris, abandonnée par sa mère 5 jours plus tard, Jeanne Crouazel est prise en charge par l’Assistance Publique qui la loue, à l’âge de 13 ans, à un agriculteur de Chastenay. À sa majorité, elle revient à Ouanne, le village où elle a terminé sa scolarité et y rencontre 8 ans plus tard son futur mari, Louis Vetter, lui aussi pupille de l’Assistance Publique. Après le décès de son mari, en mai 1961, elle vient s’installer chez son fils, Jean-Louis Vetter au château du Tremblay, où celui-ci et son ami Fernand Rolland présentent leurs oeuvres et organisent des expositions d’autres artistes. Pendant onze ans, M’an Jeanne s’occupe des travaux de ménage et de la cuisine, jusqu’à ce qu’en 1972, à 70 ans, elle se mette à peindre elle aussi et en trois ans laisse une œuvre naïve et singulière."


 

 

 



















 



"Jeanne naît à Paris le 19 septembre 1902, de père inconnu. Elle est abandonnée, à 5 jours, par une maman, modiste, qui ne peut pas l’élever mais lui laisse son nom : Crouazel. Placée en famille d’accueil dans l’Yonne, puis dans une ferme dès ses 13 ans, elle travaille pour les autres. Même enfance instable, même adolescence laborieuse pour celui qu’elle épousera. Leur fils, né en 1934, à Fontaines dans l’Yonne, souhaite une autre vie. Autodidacte parfait, il s’adonne d’abord à la musique puis il devient artiste fondeur, forgeron, sculpteur. En 1956, Jean-Louis Vetter rejoint au Tremblay son ami Fernand Rolland, comédien, plasticien, poète, né à Auxerre en 1920. Ils occupent une aile du château et organisent une première exposition de leurs œuvres dans un grenier, en 1965. Cette galerie originale, proche de Vézelay, bientôt connue des Parisiens, attire de nombreux artistes. Elle deviendra CRAC (Centre Régional d’Art Contemporain) en 1978.
La vente de leur production artistique, dans la mouvance parisienne des années 60, leur permet bientôt d’acheter le Château du Tremblay.
Je suis suspendue au récit de Ghislaine. Je voudrais tout savoir. Où sont les œuvres des deux hommes ? Et M’an Jeanne, peintre à 71 ans ? Comment est-ce possible ?
J’apprends que Fernand Rolland a fait don de toutes ses œuvres au Conseil Général de l’Yonne. Une salle du CRAC lui est consacrée.
Quant à Jean-Louis Vetter, ses collections sont dispersées dans le monde entier : Bourgogne et France, bien sûr, mais aussi Belgique, Pays-Bas, Suisse, Italie, Allemagne, Grande-Bretagne, Canada…
« Même près de chez vous ! », me dit Ghislaine en riant. « A Saint-Bérain-sous-Sanvignes ! C’est bien près de Montceau-les-Mines et du Creusot ? Jean-Louis avait reçu la commande d’un taureau par la municipalité. Nous sommes allés le livrer et participer à l’inauguration. C’est un bon souvenir car nous avons été très bien reçus ! Il doit toujours y être, sur une place, près de l’église. »"



Le Château du Tremblay
Centre Régional d’Art Contemporain
89520 Fontenoy en Puisaye
03 86 44 02 18
crac.fontenoy@wanadoo.fr


 UN LIEN

 L'AGORA DES ARTS

LE SITE DU CRAC

LA BELLE HISTOIRE DE M'AN JEANNE

(cliquer)

Eté 2016 ....