Les Grigris de Sophie ce sont bien sûr des broches, des colliers et des sacs … mais c’est aussi un blog !

Les Grigris de Sophie ce sont bien sûr des broches, des colliers et des sacs …

Mais c’est aussi un blog ! Un blog dans lequel je parle de CEUX et de CE que j’aime …
HHHHHHHHHHHHHHHHHHHH
Vous trouverez ici des artistes, des lieux insolites, des recettes, des films, des expositions, des musiques, des spectacles, des photographies d’amis ….
Tout ce qui rend la vie meilleure, tout ce qui rend ma vie meilleure !

.......................................................................................
........................................................................................
........................................................................................
.........................................................................................

samedi 3 décembre 2022

LES PETITS MOULINS A VENT DE PORS POULHAN

 

 Un petit enchantement des bords des routes comme je les aime !

 

 







 

 Pas très loin du petit port de Pors Poulhan ....

Rue de la baie à Plozévet 

Été 2022....

 

 

vendredi 2 décembre 2022

ERNEST NKWOCHA

 

 Étonnante découverte facebookienne ...

 

 





















Ernest NKWOCHA est un artiste nigérian, membre de la SNA du Nigeria (Society of Nigeria Artists) et de la SCAN (Sculptors Association of Nigeria).

Il se spécialise dans les sculptures animalières à l'échelle 1 ou plus, modelées à partir de pneus usagés qu'il récupère dans sa ville de résidence, Lagos.

Il contribue ainsi à donner un sens écologique à son art dans une ville où, pour lui, l'environnement est un problème croissant au regard de l'urbanisation galopante et incontrôlée.

 UNE GALERIE QUI EN PARLE

 (cliquer sur le lien)

 

 

jeudi 1 décembre 2022

BERNARD BRIANTAIS AU TRIPHASE A NANTES


Comment envisager un séjour nantais sans un passage au Triphasé ? 

Surtout quand BERNARD BRIANTAIS est à l'honneur avec la présentation du livre de l'éditrice Ghislaine Verdier, de la maison d'édition L'oeil de la Femme à Barbe, surtout quand il y a en plus une importante sélection de livres d'art de la même éditrice à découvrir. 

Six jours de découvertes ponctués de lectures étaient proposés  ... 

IL EN RESTE QUATRE, et franchement déplacez-vous amis nantais, amis d'ailleurs car l'accrochage est impressionnant (comme toujours chez Franck Moinel ! ) et montre la grande diversité du talent de Bernard.

Quant au livre IL EST MAGNIFIQUE ! L'iconographie est exceptionnelle. 

Un achat indispensable pour Noël qui arrive ! Un vrai beau cadeau à faire !

 

 












 














 Matthieu Peronnet avait écrit un beau texte sur l'artiste nantais :

Bernard Briantais est un artiste paradoxal et profondément humaniste. Paradoxal, par son parcours d’autodidacte passé de l’abstraction à la figuration de l’humain. Paradoxal comme le choix de ses marqueurs artistiques. Parmi ses références il vous citera Camus, Rabelais, Bruegel et Karel Appel, Goya, Courbet et Rothko, la liste est longue tant l’homme est un érudit boulimique. Alors arrêtons-nous sur trois noms. Ghirlandaio, Le Vieil Homme et l’Enfant (1490). Une pure merveille pour Bernard Briantais, qui voit dans l’exagération du visage déformé par la maladie du vieillard une vérité spontanément émouvante qui transcende la représentation du réel. Charlie Chaplin, Les Lumières de la Ville (1931). Première TV et l’un des premiers films qu’y découvre le jeune Briantais. Aujourd’hui encore, il n’a pas oublié « le clochard qui fait la nique aux bourgeois. » Chez Bernard Briantais la cocasserie est reine, l’indifférence à son propre malheur est un pied de nez aux nantis. Francis Bacon, peintre de la tension, de « l’intensément réel qui conduit à l’outrance de la déformation ». Comme lui, Bernard Briantais est convaincu qu’il faut forcer le trait pour être juste. Bernard Briantais vous citera également l’éblouissement produit sur lui par les œuvres de Turner et Rothko. Mais la pure contemplation, il préfère la cultiver dans son jardin que dans son travail artistique. Comme une nécessaire plage de modération. Bernard Briantais est un artiste profondément humaniste, convaincu qu’il est impossible de parler de l’humain sans prendre position. Il y a quelques années, il a la vision de SDF dans les rues de Paris. Dès lors, les « clodos », prostituées et autres déclassés vont être au cœur de son travail. Comme toujours, il a beaucoup lu sur ce que va devenir sa recherche artistique. Il nous cite de mémoire cette phrase de Camus : « Oui il y a la beauté et les humiliés. Quelques que soient les difficultés de l’entreprise, je voudrais n’être jamais infidèle ni à l’une ni aux autres. » Bernard Briantais peint des personnages dénudés (parfois littéralement) et qui ne se cachent pas. Si les visages sont parfois masqués, cela relève autant de la recherche d’identité que de l’exutoire carnavalesque et de son côté subversif.

Foi en l’humain, truculence, cruauté : le monde de Bernard Briantais est aussi violent. La mort rôde, comme l’ivresse destructrice et les pulsions sexuelles. Mais la souffrance ne laisse jamais place au pathos. A l’image des danses macabres moyenâgeuses, la brutalité de notre monde doit nous conduire à exorciser nos angoisses dans une foi jubilatoire, une joie conjuratoire. L’expression artistique de Bernard Briantais est lumineuse et féconde. Son trait, qui utilise la sanguine, l’encre de chine ou le crayon de couleur, est fluide. Il se fait parfois acéré, parfois flou aussi comme les prémices de la mort ou du coma éthylique. Récemment, Bernard Briantais a commencé à mettre en boîte les « gilets jaunes ». Il nous les dévoile avec jubilation, faisant venir pour l’occasion sa femme qui n’avait pas encore été autorisée à voir ce travail – non pas qu’il ne soit pas très soucieux de son avis, bien au contraire. Sans surprise ses « gilets jaunes » recèlent une humanité profonde, qui nous impose de poser sur eux un regard bienveillant, au-delà de toute idéologie. Bernard Briantais affectionne mettre en boite ses scènes d’humanité, tel des castelets, utilisant des cagettes de bois ou des morceaux de carton : quoi de mieux que des matériaux déclassés de la société de consommation pour servir d’abri à « ses » laissés-pour-compte ?


 Et voici LE LIVRE "BIJOUTERIE, CHARCUTERIE" ...



Présentation courte

Recueil de morceaux de vie à la poésie corrosive et plaidoyer à l’humour grinçant, ce livre est un aveu de tendresse pour l’humanité : invisibles et laissés pour compte, petits commerces comme on n’en voit plus guère, bistrots de quartier, marginaux, poètes, contestataires de tout poil...  

La collection L’œuvre contée  

Des contes modernes dans lesquels l’œuvre est mise au cœur du récit à l’instar d’un personnage. Le texte quant à lui peut être conçu à plusieurs mains, sur un mode poétique, scientifique, philosophique...  

L’artiste  

Bernard Briantais dit avoir commencé à dessiner dans le ventre de sa mère. Artisan peintre pour commencer, il se jette dans la peinture artistique et l’art contemporain en 1988, puis à partir de 2010 dans l’art singulier où il peut exprimer une humanité à fleur de peau.  

L’auteur  

Très tôt, Rémy Beurion sait qu’il veut écrire ; c’est sa mère qui lui a implanté cette graine ! A 19 ans il est pigiste pour un journal de Vierzon ; puis en 1992 journaliste pour la presse locale à Bourges. Il peut ainsi écrire le jour et surtout la nuit.  

L’éditeur  

Galerie d’art nomade, maison d’édition et agence artistique, L’œil de la femme à barbe dédié à l’art singulier et à l’expressionnisme - représente des artistes vivants aux techniques et sensibilités multiples, en grande majorité des femmes.

 

Nocturne le jeudi 1 décembre, lecture à 19h 30 avec un verre de l'amitié

Dimanche 4 décembre de 14h à 18h

 

 LE LIEN VERS LE TRIPHASE 

 LE TEXTE DE MATTHIEU

 LE LIEN VERS L’ŒIL DE LA FEMME A BARBE 

 LE SITE DE BERNARD BRIANTAIS


(cliquer)


 

 JUSQU'AU DIMANCHE 4 DÉCEMBRE !