Les Grigris de Sophie ce sont bien sûr des broches, des colliers et des sacs … mais c’est aussi un blog !

Les Grigris de Sophie ce sont bien sûr des broches, des colliers et des sacs …

Mais c’est aussi un blog ! Un blog dans lequel je parle de CEUX et de CE que j’aime …
HHHHHHHHHHHHHHHHHHHH
Vous trouverez ici des artistes, des lieux insolites, des recettes, des films, des expositions, des musiques, des spectacles, des photographies d’amis ….
Tout ce qui rend la vie meilleure, tout ce qui rend ma vie meilleure !

.......................................................................................
........................................................................................
........................................................................................
.........................................................................................

lundi 18 janvier 2021

MAL MER DE J.G.GWEZENNEG ET FRANÇOIS LAUR




... La mer au loin échine de géante, croupe très vaste en saillie, la mer au large sans écueil soutient bateaux de haute mer telle Ivoirienne, lourde et lente, berce, pilant l'igname, un enfant sur son dos. 












Mal Mer (avec Jean-Gérard Gwezenneg). L’Instant perpétuel, Rouen, 2000.


FRANÇOIS LAUR SUR WIKIPEDIA

(cliquer)


Merci Hélène pour ce beau cadeau ....

dimanche 17 janvier 2021

UNE APRES MIDI AUX PHOQUES ....

 

Aux Etocs ... au large de Penmarc'h












 

 Une vidéo ... Cliquer sur la photo


 

Septembre 2020


LA BRETAGNE ET LES GRIGRIS DE SOPHIE 

(cliquer)


Pour Inès 

Pour Clément ....

 

 

samedi 16 janvier 2021

LA MARMELADE D'ORANGE DE VICTOR

 

Dans une maison sans chauffage quoi de mieux que cuisiner pour réchauffer l'atmosphère, pour réchauffer le cœur et les papilles !

Alors Victor nous a fait sa délicieuse marmelade d'orange, cette recette il la doit à un blog de cuisine poétique et je la partage aujourd'hui sur les Grigris à la demande de mes (gourmands) amis Facebook !

"Cette confiture, c'est de la bonne humeur en pots, du soleil en plein hiver, de la lumière en tartines !"

 

Elle est très facile à faire, pas trop sucrée et peu amère au goût, avec une bonne saveur d'orange fraîche. Elle donne des tartines fruitées, elle rend les pains d'épices ultra moelleux et sur des crêpes chaudes, on se régale. Elle trouble même ceux qui d'ordinaire n'aiment pas la marmelade d'agrumes. Si, si.

On voit souvent des recettes de marmelade d'orange qui sont assez longues ou compliquées : il faut enlever le zeste, l'émincer, mettre les pépins et les peaux dans une mousseline, et puis ébouillanter les oranges plusieurs fois  pour enlever l'amertume, avant de les cuire dans un sirop... Je ne sais pas vous, mais moi, rien que lire ça, ça me décourage.

 Pas de complication dans cette recette. Pas de manipulation fastidieuse, surtout si l'on dispose de belles grosses oranges. C'est alors rapide. Il suffit d'avoir un mixeur et le tour est joué.

Pour 6-7  pots :

2, 5 kg d'oranges non traitées
1,5 kg de sucre cristallisé

On profite de la saison des agrumes qui bat son plein, pour choisir de bonnes oranges non traitées, à la peau saine et sans taches. C'est important car on va utiliser la peau. Celles-ci sont de la variété navel, ainsi nommées parce qu'elles ont un petit nombril de l'autre côté du pédoncule. (Vous l'aurez compris, navel signifie nombril, et c'est en espagnol, je crois).

On commence par couper sur les oranges une calotte au pôle nord et au pôle sud. Vous me suivez ? Vos oranges doivent ressembler à un petit tonneau.

 N'hésitez pas à trancher large, surtout si vos fruits ont la peau épaisse.

 Une fois que c'est fait, on coupe les oranges en quatre quartiers. (C'est un pléonasme, quatre quartiers, non ?)

 On enlève ensuite la grosse membrane blanche qui est au centre de chaque quartier. On enlève aussi les pépins, si on en voit.

 Puis on recoupe chaque quartier en 4 ou 6 morceaux. Rien de bien difficile.

 On met tout cela dans un blender, hé oui, c'est sans stress, voyez-vous. On ajoute le jus qu'on peut récupérer en pressant les calottes polaires, on ne gâche rien,  et on mixe pour obtenir une purée grossière. Il doit rester des petits morceaux de zeste, mais pas trop gros. On pèse la purée obtenue, et on ajoute 750 grammes de sucre par kilo de pulpe. On couvre d'un film et on laisse reposer pendant 24 heures.

Le lendemain, on fait cuire la confiture jusqu'à 105°C au thermomètre. Il faut environ 20 minutes de cuisson. Une goutte de confiture versée sur une assiette bien froide doit gélifier.

Quelques minutes avant la fin de la cuisson,  on peut, si on le veut, ajouter un parfum comme de la cannelle, du gingembre, du cognac, du whisky... mais moi je l'aime nature, avec son bon goût d'orange.

On la verse chaude dans les pots qu'on ferme immédiatement. Avec l'entonnoir on n'en met pas partout, tout va dans le pot et en plus on ne salit pas le bord. On les place à l'envers pendant 10 minutes, pas plus, pour stériliser le couvercle.

Il faut que je vous dise aussi : on peut faire exactement la même chose avec des clémentines ou des pamplemousses.


 RETROUVEZ CETTE RECETTE  BIEN EXPLIQUÉE AVEC DE BELLES PHOTOS

SUR LE BLOG CULINAIRE "DU MIEL ET DU SEL" ICI

 (cliquer sur le lien )

 

 Pour Catherine et pour tous mes amis gourmands ....

 


vendredi 15 janvier 2021

LES AMABIES, UNE LEGENDE JAPONAISE POUR CONJURER LE SORT # 40

 La très belle publication de Valeria Bigardi m'a donné envie de vous proposer en cette période troublée et difficile de conjurer le sort ...


Une croyance japonaise dit qu'en temps d'épidémie et de contagion, un Yokai (les Yokai sont des êtres surnaturels) émerge de la mer. Cette créature s'appelle Amabie (Amabié) et a une tête d'oiseau, trois queues de sirène (ou trois pattes !) et de longs cheveux. Si vous montrez son portrait, selon cette légende, le fléau prendra fin et elle disparaîtra dans les profondeurs de la mer. Mais il faut faire beaucoup de dessins d'elle pour mettre fin à la contagion.

Envoyez moi vos créations (dessins, gravures, sculptures, broderies etc...en message privé sur Facebook ou sur lesgrigrisdesophie@gmail.com

Tous à vos crayons stylos pinceaux ! Il y aura un album Facebook puis des posts sur Les Grigris de Sophie . Qu'on se le dise !

Mon amie Christine Magne a elle aussi lancé et partagé une collecte magnifique et magique
sur sa page Facebook. Nous avons beaucoup d'amis artistes en commun mais je prévois des posts avec les artistes chers à son cœur et qu'elle a su entraîner dans cette belle aventure...  


SEBASTIEN RUSSO

 


PATRICIA FENNER 


 

PASCAL MANITOBA

 


MELANIE CASANO

 

 

LYDIE ROLET

 

CLAIRE RICHEZ 


 

CHARLINE RACK

 

 

PATBA 58


 

 

VIRGINIE VANDERNOTTE 



SEBASTIEN RUSSO


 

 

 

MONIQUE LE HINGRAT 


 

 

CH RIBEYRE 



 

SEBASTIEN RUSSO 


 

 

GILLES LIZANET 


 

 

THIERRY LAMBERT 


 

 

FLORENCE JOLY 


 

LES GRIGRIS DE SOPHIE 



 

 

DOMINIQUE LEMOINE 


 

 

ANNE BERNASCONI



 

 

EMAELLE

PAUL HERAIL 


 

INES  LOPEZ SANCHEZ MATHELY 



 Une Amabié est apparue dans la province de Higo (préfecture de Kumamoto) selon la légende, vers le milieu du quatrième mois, en l'an Kōka 3 (mi-mai 1846) à l'époque d'Edo. Un objet brillant avait été repéré dans la mer, pendant plusieurs nuits. Le responsable de la ville s'est rendu sur la côte pour enquêter et a vu l'Amabié.
Selon le croquis réalisé par ce fonctionnaire, elle avait des cheveux longs, une bouche comme le bec d'un oiseau, était couverte d'écailles jusqu'au cou et avait trois pattes.
S'adressant au fonctionnaire, elle s'est identifiée comme une Amabié et lui a dit qu'elle vivait en pleine mer.
Elle a ensuite livré une prophétie: "Il y aura une bonne récolte pendant six ans à partir de l'année en cours; si une maladie se propage, montrez une image de moi à ceux qui tombent malades et ils seront guéris."
Ensuite, elle est retournée à la mer."




(cliquer)
 
 
Certaines  Amabiés sont à vendre sur le blog :

"PETITS FORMATS ET PETIT PRIX : LES AMIS DES GRIGRIS DE SOPHIE " ICI

Des cadeaux à offrir ou s'offrir à partir de 15 euros !


jeudi 14 janvier 2021

GERARD SENDREY VU PAR HEDI BOURAOUI ET DANIEL POKORN


Pour accompagner mes photos aujourd'hui voici quelques extraits d'un entretien entre Hédi Bouraoui et  Gérard Sendrey.
 "Franche et chaleureuse conversation entre deux érudits, le premier comptant à son actif une bonne cinquantaine de livres, dont certains traduits en plusieurs langues, le second artiste visuel de renommée mondiale, abondamment représenté de par le monde. On est en présence d’une symbiose entre deux grands penseurs et créateurs signale Daniel Pokorn à propos du dossier d’artiste paru chez CMC Editions.













 « Les dessins de Gérard Sendrey révèlent le foisonnement des sentiments internes, des êtres, des animaux en relation avec le monde des choses et des objets. »















 « des détails importants sont introduits à mon insu par les vaticinations de ma main disposant d’une grande liberté durant ces exercices. » . Modestie, autodérision, rôle du subconscient? Tout à la fois ? Toujours est-il que cette « conversation » entre deux amis érudits ne manque pas de captiver. Oui, on se croirait bien aux côtés de ces deux sympathiques locuteurs, liés par le même goût de la beauté, de l’intuition et de l’authenticité. Sendrey qualifie ses œuvres de 

« divagations graphiques », d’« égarements de la raison »  et de « gribouillis ». Un peu sévère à son propre égard, me direz-vous ? Plus loin, il explique la raison de cette apparente sévérité envers ses œuvres : « se remettre en question et tourner ses propres faiblesses émotionnelles en dérision. »
 Sendrey et Bouraoui, deux personnages aussi attachants que talentueux, qui nous passionnent par la richesse et la candeur de leurs propos. Merci d’être vous-mêmes, Gérard et Hédi. Nous avons apprécié votre compagnie écrit Daniel Pokorn.



Vous aimez les dessins de Gérard Sendrey ?
Contactez moi sur lesgrigrisdesophie@gmail.com


GÉRARD SENDREY ET LES GRIGRIS DE SOPHIE

(cliquer)