Les Grigris de Sophie ce sont bien sûr des broches, des colliers et des sacs … mais c’est aussi un blog !

Les Grigris de Sophie ce sont bien sûr des broches, des colliers et des sacs …

Mais c’est aussi un blog ! Un blog dans lequel je parle de CEUX et de CE que j’aime …
HHHHHHHHHHHHHHHHHHHH
Vous trouverez ici des artistes, des lieux insolites, des recettes, des films, des expositions, des musiques, des spectacles, des photographies d’amis ….
Tout ce qui rend la vie meilleure, tout ce qui rend ma vie meilleure !

.......................................................................................
........................................................................................
........................................................................................
.........................................................................................

jeudi 13 décembre 2018

LES CRÉATURES DE MARIE BUIS


Au mur, chez Marie Buis, des phrases fortes qui l'accompagnent dans sa création ...

" Il est sûr que la création est survie"








"Je suis fondamentalement un autodidacte absolu" 
César






 " L'art est un pâtre obscur qui marche les pieds nus"
Victor Hugo 













" L'étrangeté est le condiment indispensable de toute beauté"
Baudelaire 




C'est aujourd'hui un texte de Paul Zeïtoun qui accompagne mes photos :

 LES CRÉATURES DE MARIE

(Terre crue)
2018-2019

De terre glaise et de talent, « elles sont réinventées à partir des propres impulsions de leur inventeur », selon la définition de l’art brut donnée par Jean Dubuffet en 1945.
Elles expriment nos craintes et nos joies, notre besoin d’amour et nos terreurs d’enfant, et tant d’autres émotions qui s’affichent sur ces visages primitifs dans leur sincérité naïve.
Du blanc au noir, elles suscitent la sollicitude tant ces étrangères paraissent fragiles, ou le recul tant elles pourraient faire peur.



LES GRIGRIS DE SOPHIE ET MARIE BUIS 

(cliquer)


mercredi 12 décembre 2018

LES CRÉATURES DE MARIE BUIS VUES PAR JEAN-PIERRE HAMEL


C'est à Jean-Pierre Hamel (auteur d'un blog bien connu des rémois " La citation du jour" ICI  devenu en janvier 2018 " Le point du jour" ICI que je dois cette nouvelle rencontre ...
 
















Quelques photos prises par Marie ...











 


Et ce texte écrit par Jean-Pierre pour présenter cette artiste chère à son coeur :

Marie : une artiste d’art « brut »

" Qu’est-ce qu’un artiste d’art « brut » ? Quelqu’un qui reste dans l’anonymat parce qu’il ne se soucie ni d’être reconnu ni même d’être connu ? Quelqu’un qui crée des œuvres à foison, au point qu’elles envahissent son atelier quand il en a un – sinon sa maison ? Quelqu’un en tout cas qui est artiste sans même le savoir et surtout pas en fonction d’une technique apprise ni d’une école à laquelle il chercherait à s’identifier ?

Oui, bien sûr : l’artiste d’art brut est quelqu’un qui crée ses œuvres parce qu’elles poussent en lui, et qu’il lui faut les porter à l’existence.

Connaissez-vous des artistes semblables ? En avez-vous dans votre entourage ?

Moi, je ne le pensais pas, jusqu’au jour où mon amie Marie, que je connais pourtant depuis plusieurs années, m’apprend comme ça, au détour d’une phrase, qu’elle sculpte, chez elle, dans sa véranda, des têtes « bizarres » à propos desquelles elle ne parle ni d’art, ni de création, mais qu’elle présente comme quelque chose qui lui vient quand elle commence à modeler de la terre – une intuition en quelque sorte.

Intrigué, j’ai visité la véranda de Marie : et là, j’ai découvert toute une population de petits personnages, avec des yeux qui scrutent parfois le ciel, parfois le visiteur. Certaines ont une « peau » lisse comme du marbre, d’autres ont de profondes marques des doigts qui les ont façonnées. Apaisées ou soulevées par une émotion interne, en tout cas, chacune d’entre elles a son histoire. Ces histoires, on a envie de les raconter : pas Marie car pour elle ce qui compte, c’est de réaliser ce qu’elle imagine avec les mains dans la glaise – et puis voilà.

Oui, mais : chassez la vie intime de ces têtes de terre, elle revient au galop ! Il arrive en effet qu’une solidarité mystérieuse les réunisse, et que, bien que nées à des moments différents et en suivant l’inspiration du moment, elles se répondent et s’organisent presque toutes seules, comme si elles étaient réunies sur la place du village ou dans l’arrière salle d’un café. Marie en a exposé quelques-unes, rassemblées en un colloque où chacune a sa place et son rôle : que se disent-elles ? Que vivent-elles ?

Vous ne le saurez que si vous l’imaginez. Les œuvres de Marie vous donnent à penser : c’est bien en cela que ce sont des œuvre d’art."


LES GRIGRIS DE SOPHIE ET MARIE BUIS 

(cliquer)

mardi 11 décembre 2018

EXPOSITION "REGARD SUR ... FOUJITA" AU MUSÉE DES BEAUX ARTS DE REIMS





"Issu de l’importante donation, faite au musée des Beaux-Arts de Reims, un ensemble de dessins de Léonard Foujita pour le livre La Rivière enchantée sera pour la première fois montré au public. Réalisées en 1951, à l’encre, au feutre ou au stylo bille, sur de petites ou de grandes feuilles, ces œuvres, toutes restaurées, témoignent des recherches de l’artiste, en quête de la meilleure illustration pour rendre hommage à Paris, ville des lumières et de la fête qui l’a accueilli dès 1913. Confrontées aux planches originales à l’eau forte de la bibliothèque Carnegie et à quelques objets ayant appartenus à l’artiste dont une marotte prêtée par la maison atelier de Foujita à Villiers-le-Bâcle, cette exposition rappellera l’esprit facétieux et cultivé de Foujita. Après les tourments de la guerre, il renoue ici avec la célébrité, revivant et réinterprétant ses heures de gloire. Au fil des pages contant l’histoire de la capitale, côté rive droite, depuis le moyen-âge jusqu’à la période contemporaine, l’audace de l’artiste réside dans ses propositions graphiques qui bousculent la notion du temps. Fidèle à son propre univers, il réinvente avec élégance et poésie, ses figures féminines, chats et autres perspectives vivifiantes. Au-delà des mots, ces images dessinées puis gravées enrichissent le texte du narrateur - son ami René Héron de Villefosse - mais se nourrissent aussi de citations plus improbables que pertinentes. En convoquant dans ce livre, des auteurs français de la littérature moderne et contemporaine (Charles Baudelaire, Pierre Corneille, François de Malherbe, Stéphane Mallarmé, Anna de Noailles, Jean-François Regnard, Arthur Rimbaud, Paul Verlaine, Alfred de Vigny, Héron de Villefosse lui-même), l’écrivain renforce la vision d’une capitale des Arts dans laquelle son ami Foujita, « Parisien de Tokyo», a trouvé sa place. L’élégance du trait se mêle avec finesse aux traits de l’ironie qui fait de cet ouvrage l’un plus prestigieux de l’artiste recherché par les bibliophiles. Foujita devient l’éternel enchanteur."



 Christian Lapie


Au rez-de-chaussée ...




 Et au premier étage ....





 




 Chagall


 Luc Simon


 Serge Poliakoff


 Rouault


 JUSQU'AU 11 FÉVRIER 2019

 LE SITE DU MUSÉE

 LA CHAPELLE FOUJITA 


 (cliquer)

 8 rue Chanzy
51100 - Reims



 FOUJITA A CARNEGIE ICI

 JUSQU'AU 12 JANVIER