Les Grigris de Sophie ce sont bien sûr des broches, des colliers et des sacs … mais c’est aussi un blog !

Les Grigris de Sophie ce sont bien sûr des broches, des colliers et des sacs …

Mais c’est aussi un blog ! Un blog dans lequel je parle de CEUX et de CE que j’aime …
HHHHHHHHHHHHHHHHHHHH
Vous trouverez ici des artistes, des lieux insolites, des recettes, des films, des expositions, des musiques, des spectacles, des photographies d’amis ….
Tout ce qui rend la vie meilleure, tout ce qui rend ma vie meilleure !

.......................................................................................
........................................................................................
........................................................................................
.........................................................................................

dimanche 22 janvier 2017

GERARD GAROUSTE A MONS EN BELGIQUE

"Je suis peintre. Et fou, parfois. "


"Et le démiurge en moi se réjouit quand les couleurs
s'organisent, mélangent les figures qui m'encombrent et celles que je me suis choisies. J'ai alors le sentiment d'avoir compris et fait quelque chose de ma vie. Je me lave du passé"



"Je suis peintre parce que mes mains ont fait ma force, parce que des toiles puissantes et belles m'ont convaincu qu'il y avait là une voie pour moi. Mais je me méfie de la beauté, c'est du bluff, une manipulation qui peut laisser totalement passif celui qui la regarde. Je préfère lui suggérer une question...
Le fou parle tout seul, il voit des signes et des choses que les autres ne voient pas.
Je veux peindre ce qu'on ne dit pas.
Et si le fou dérange, je veux que le peintre dérape."



"Je me crois enfin débarrassé d'une vieille peau, d'une croûte qu'on gratte enfant jusqu'au sang. Ma tête s'est ouverte, elle s'est vidée d'un noir mirage, par la peinture et ici avec les mots. J'ai entretenu sur ma toile un monde terrible et ancien, j'ai envie de passer à autre chose, d'aller vers une peinture plus gaie, j'aimerais désormais toucher les enfants de mes amis." 


"Je suis peintre parce que mes mains ont fait ma force, parce que des toiles puissantes et belles m'ont convaincu qu'il y avait là une voie pour moi. Mais je me méfie de la beauté, c'est du bluff, une manipulation qui peut laisser totalement passif celui qui la regarde. Je préfère lui suggérer une question...
Le fou parle tout seul, il voit des signes et des choses que les autres ne voient pas.
Je veux peindre ce qu'on ne dit pas.
Et si le fou dérange, je veux que le peintre dérape. "


 
"Ne demande jamais ton chemin à celui le connaît. Tu risquerais de ne pas t'égarer"
Rabbi Nahman de Bratslav



"Ce n'est pas la technique qui est intéressante, mais la liberté qu'elle offre, ce moment où l'on domine la règle." 



"Être heureux est dangereux pour moi, être en colère aussi. L'émotion forte m'est interdite. Elle bouscule trop de choses dans ma tête aux pensées et aux souvenirs mal accrochés."



"Je sais déserter le réel quand il est trop dur, je me laisse happer par mes idées, mes histoires. Je rentre en moi."


" Le délire ne déclenche pas la peinture, et l’inverse n’est pas plus vrai. La création demande de la force."


"Il faudra toujours des gens qui peignent, sculptent, écrivent loin du système, sans détester le passé, la rigueur et les règles de l'art, sans renoncer à la sincérité et à l'émotion que notre époque éteint ou détourne à force de surenchère."


"Moi le cancre éternel, je choisissais la voie de l'érudition plutôt que celle de la provocation, c'était mon tempérament, mon introversion, mon urgence. Peu à peu je trouvais mon langage." 


"Je cogitais sans cesse, comme s'il me fallait me justifier, me situer, ça m'épuisait, l'envie de peindre m'abandonnait puis elle revenait, plus brûlante encore. Où était le courage artistique désormais ? Fallait-il brûler les toiles ? Certains essayaient. Mais l'avant-garde c'est une bataille, pas une surenchère. Il faut un risque à la peinture. Je n'avais pas envie de prendre le train en marche. J'allais peindre, quitter le magasin, prendre un nouveau départ ! L'originalité était morte avec Picasso ? Bon débarras ! On allait pouvoir s'intéresser au sujet plus qu'au style, raconter des histoires, joué avec les sens, les émotions, j'en avais tant des émotions. Je voulais renouer avec la peinture, quitte à être jeune et classique, quitte à revenir en arrière. Je ne voulais pas d'une peinture nostalgique, je voulais déjouer l'avant-garde avec mes pinceaux et mes couleurs. L'art doit, de toute façon, tendre des pièges." 



"J’ai peint 600 tableaux, ils portent ma signature mais pas de dates. Rien ne trahit les longs moments passés à ne pas peindre. Sur les toiles terminées, j’écris des lettres et des chiffres, un code secret qui m’amuse et que j’emprunte à un vieux système d’écriture babylonien, ça me permet de les classer et de les situer dans le temps. Ces signes mis bout à bout formeront un jour une phrase de cinquante lettres, que je ne dis pas, elle sonne comme une métaphore de ma vie. Il y a sûrement, derrière ce petit jeu, ce bon vieux fantasme de l’artiste qui veut croire que tout prendra du sens après la mort, qu’il laissera une trace. J’ai d’ailleurs glissé sous certaines toiles, Adhara notamment, bien des repentirs, c’est ainsi qu’on appelle les corrections des peintres, elles apparaissent au fil du temps quand la couleur s’use et laisse voir ses premières couches (…) Les repentirs me font penser au lapsus, à l’acte manqué. J’en ai glissé sous les couleurs, autant qu’il y en a dans la vie. Ils apparaîtront quand je ne serai plus là, ainsi je parlerai encore."


JUSQU'AU 29 JANVIER 2017

LE LIEN VERS LE MUSÉE

(cliquer)

Rue Neuve, 8 - 7000 Mons
Du mardi  au  dimanche de 10h à  18h





samedi 21 janvier 2017

GERARD GAROUSTE A MONS EN BELGIQUE


"Qu’il puise son inspiration dans la folie, s’interroge dans ses carnets d’esquisses, interprète les livres sacrés ou profanes, philosophe avec le  Talmud, retourne aux origines des mythes anciens ou pénètre l’inconscient avec la psychanalyse, Gérard Garouste croise et entrecroise sans cesse ses sources avec peut-être comme seul et unique fil conducteur le mot et son interprétation picturale.
Imprégné de différentes personnalités qui vont de Don Quichotte au scientifique en passant par le joueur de flûte ou d’échecs, Gérard Garouste slalome entre raison et déraison, s’inspire de mondes imaginaires, combat les préjugés et défend des valeurs envers et contre tout,  voyageant en permanence entre deux extrêmes : Apollon et Dionysos.
Parmi les plus importants peintres français actuels, Gérard Garouste est de ces artistes qui suscite autant l’intérêt du grand public que des spécialistes, conciliant la virtuosité du style à une peinture figurative contemporaine, mêlant univers imaginaire et vécu personnel."






















JUSQU'AU 29 JANVIER 2017

LE LIEN VERS LE MUSÉE

(cliquer)

Rue Neuve, 8 - 7000 Mons
Du mardi  au  dimanche de 10h à  18h


vendredi 20 janvier 2017

GERARD GAROUSTE A MONS EN BELGIQUE

PLUS QUE QUELQUES JOURS .... 

"Chaque année, le BAM (Beaux-Arts Mons) accueille plusieurs expositions présentées sur près de 2.000 m². Celles-ci sont l’occasion de découvrir un artiste, un mouvement artistique ou une thématique en lien avec les collections du musée, riches de plus de 15.000 œuvres d’art. Le BAM est conçu comme une expérience unique, un espace de découverte de la création artistique sous toutes ses formes, un lieu de vie où se succèdent toute l’année des événements. Ce projet architectural résolument contemporain allie le fonctionnel et la rigueur muséale à l'esthétique puisque l’architecture du musée laisse la part belle aux espaces de circulation lumineux prenant le parti de la transparence"


"Gérard Garouste est sans aucun doute l’un des plus importants peintres français actuels.
Les mythes, les légendes ainsi que les religions judaïque et chrétienne sont autant de sources d'inspiration qui jalonnent l’œuvre de cet artiste grandiose. Ses formats monumentaux, la virtuosité de sa technique picturale et sa richesse iconographique démontrent sa capacité à ne jamais laisser le spectateur indifférent face à ses tableaux. Cette exposition montoise propose un dialogue intense avec les sources multiples accumulées au cours de 40 années de création artistique. La présence d'ouvrages liturgiques et profanes extrêmement anciens ajoutera une dimension historique à cette exposition.
Plus de 80 œuvres exposées au BAM, parfois de grand format, donnent un aperçu original de l’ensemble de sa carrière. La salle Saint-Georges, quant à elle, accueille une installation spécialement conçue par Gérard Garouste. Celle-ci invite le visiteur à se perdre dans les méandres d’un labyrinthe constitué de près de 35 toiles monumentales.
Le BAM et la Salle Saint-Georges sont donc 2 lieux incontournables pour une exposition montoise unique et de grande ampleur.
L'étonnante intégration murale La Ducasse réalisée par Garouste en 2000 dans la salle des mariages de l'hôtel de ville de Mons et le Musée du Doudou qui met à l'honneur le mythe de Saint-Georges et du Dragon viennent compléter l'offre de l'exposition."

















JUSQU'AU 29 JANVIER 2017

LE LIEN VERS LE MUSÉE

(cliquer)

Rue Neuve, 8 - 7000 Mons
Du mardi  au  dimanche de 10h à  18h

 ET SURTOUT RELISEZ L'INTRANQUILLE !