Les Grigris de Sophie ce sont bien sûr des broches, des colliers et des sacs … mais c’est aussi un blog !

Les Grigris de Sophie ce sont bien sûr des broches, des colliers et des sacs …

Mais c’est aussi un blog ! Un blog dans lequel je parle de CEUX et de CE que j’aime …
HHHHHHHHHHHHHHHHHHHH
Vous trouverez ici des artistes, des lieux insolites, des recettes, des films, des expositions, des musiques, des spectacles, des photographies d’amis ….
Tout ce qui rend la vie meilleure, tout ce qui rend ma vie meilleure !

.......................................................................................
........................................................................................
........................................................................................
.........................................................................................

jeudi 8 décembre 2016

LA DANSE MACABRE DE LA FERTE-LOUPIERE





 


 













"Durant l’époque mérovingienne, la peste s’était répandue dans toute l’Europe mais avait ensuite totalement disparue aussi bien en Occident qu’en Orient. En 1346, après six siècles d’absence, elle ressurgit dans la région de la mer Noire. En effet, à Caffa, Mongols et Génois s’affrontent. Au cours du siège, les Mongols, atteints de la peste contaminent les Génois. En regagnant Constantinople, les Italiens propagent à leur tour la maladie. Cette dernière se diffuse à Messine, puis à Marseille par l’intermédiaire de galères qui débarquent en novembre 1347.
Dévastatrice, la peste qui prend la forme pulmonaire, emporte des dizaines d’habitants du port méditerranéen.
De Marseille, le fléau se répand vers le reste du pays et bientôt vers toute l’Europe. La peste atteint Paris en juin 1348 puis elle touche le sud de la Grande-Bretagne et la Flandre.
L’hiver apporte une accalmie puis la progression reprend dès le printemps 1349. Cette épidémie tue beaucoup et est d’autant plus problématique qu’elle est récurrente. La pandémie de 1348 n’est que la première apparition d’un fléau qui va revenir à intervalles réguliers tous les dix ans environ, durant plus d’un siècle.
Les populations n’ont pas conscience que le mal dont elles souffrent est dû à des causes naturelles. Elles y voient un signe de la colère de Dieu et cherchent des responsables. Inévitablement, les groupes marginaux de la société sont désignés comme victimes expiatoires. Les Juifs sont les premières cibles de cette colère. Accusés d’avoir empoisonné les puits, ils font l’objet de massacres répétés en France, en Suisse et en Allemagne.
Les catholiques organisent des pèlerinages pour conjurer l’ire divine. Les «flagellants », adeptes de la pénitence et de la flagellation en public, font leur apparition.  Le pape Clément VI incite les fidèles à plus de modération et condamne les flagellants en octobre 1349.
La peste fait disparaître en quelques mois, entre un tiers et la moitié de la population européenne. Une estimation plus précise est difficile. Seuls les registres de baptêmes et des enterrements a permis de prendre la mesure du désastre. Mais tous les calculs aboutissent à un minimum de 40% de décès dans chaque village.
Les plus riches et les mieux nourris sont moins touchés par le fléau. Le plus grave est que les enfants sont emportés en priorité ce qui aura de graves conséquences sur la démographie pour les années à venir. La maladie fait d’autant plus de ravages qu’elle touche une population qui souffre déjà de la famine et de la guerre.
En ce siècle de troubles, la mort est omniprésente. Du point de vue économique, les conséquences de la peste sont très graves. Faute d’hommes, il y a une totale désorganisation de la production. Les champs sont en friche et des villages entiers abandonnés. La main d’œuvre se raréfie partout et si il y a une hausse des salaires, il y a également une hausse de l’inflation.
Il faudra attendre la seconde moitié du XVe siècle pour que l’impact du fléau soit en partie réparé. Mais la mort reste présente partout dans la vie quotidienne et la vie religieuse. C’est de cette époque que date la fameuse danse macabre qui orne les murs de l’église de la Ferté Loupière. La mort est présente partout dans la vie quotidienne et la vie religieuse. Son église abrite la plus célèbre fresque murale de la Puisaye, l’une des treize danses macabres que l’on connaisse en France.

C'est en 1424 qu'est peinte la première danse macabre sur les murs du charnier du cimetière des Saints Innocents à Paris. Le charnier  a été détruit en 1669, et les corps du cimetière transférés aux Catacombes, juste avant la révolution française.  L'imprimerie inventée par Gutemberg en 1454, ne va pas tarder à la faire diffuser, d'abord en France puis dans toute l'Europe, puisqu'en 1485 l'éditeur parisien Guyot Marchant reproduit sur papier la danse macabre des St Innocent avec son texte en français. D'autres éditeurs publient des danses macabres, en particulier Lerouge, imprimeur vers 1500 à Chablis dans l'Yonne, puis installé à Troyes en1510.
Après la dernière édition de Nicolas Le Rouge (1531), on ne retrouve pas de trace de la Danse macabre à  Troyes jusqu’à ce qu’elle apparaisse dans certains inventaires de stocks de libraires, à partir de 1623. La plus ancienne édition de colportage conservée date de 1641. Après cette date, elle sera constamment rééditée par les deux grandes familles rivales d’imprimeurs de la Bibliothèque bleue, les Oudot et les Garnier, et par leur successeur Baudot, jusqu’en 1840. Même si le texte est progressivement retouché, si les bois sont remplacés au fur et à mesure qu’ils deviennent inutilisables, le modèle initial resta ainsi presque inchangé pendant près de quatre siècles.
Les femmes, exclues dans les premières danse macabre, apparaissent dans le courant du XVIe siécle et ont même leur propre danse macabre, reproduite dans l'ouvrage de Lerouge.

La danse macabre de La Ferté Loupière

C'est à partir de ces livres, comme modèle, que sont peintes sur les murs des églises des danses macabres. Celle de la Ferté Loupière est la copie conforme, en plus petite, de celle reproduite par Lerouge

Dans l'édition de Lerouge la danse macabre représente 32 couples mort-vif
alors que celle de La Ferté n'en compte que 19 couples. En sont absents les personnages figurant au milieu de la danse macabre, représentant le clergé intermédiaire et la haute bourgeoisie qui naturellement n'étaient pas présente à l'époque à La Ferté Loupière.
Outre cette absence, il y a 3 différences avec l'édition papier,:
-le roi représenté sous les traits de François 1er
-  le duc habillé également en costume d'époque
-  -la danse macabre est ouverte par 3 squelettes sur le mur contre 4 dans l'édition papier.

L'église de la Ferté Loupière dédiée à St Germain, fut construite au XII siècle et subit un certain nombre d'aménagements au XV è et XVI è siècle, en particulier, par la volonté de Pierre de Courtenay et de son épouse Perrine de la Roche entre l'année de son mariage, 1471,  et celle de sa mort 1504. C'est au cours de ces trente trois années que le mur intérieur nord de cette église fut décoré de peintures, réalisés sur enduit sec, ultérieurement recouvertes de badigeon, puis mise à jour, en 1910, par le marquis de Tryon-Montalembert et par l'abbé Mertens. Ces peintures ont été retaurées en 1953.
L'église de St Germain comporte 4 peintures murales:
- Le Dict des Trois Morts et des Trois Vifs, thème fréquemment représenté dans les églises de Puisaye, 
- La Danse Macabre qui se déroule, sur près de vingt cinq mètres, son cortège de vivants escortés par la Mort, suit le Dict des Trois Morts et des Trois Vifs.
- Saint Michel terrassant le démon, en dessous de la danse macabre

- la Vierge de l’Annonciation, en dessous de la danse macabre


La Danse Macabre
La Danse Macabre suit le "Dict des trois morts et des trois vifs". Elle court sur 25 m de mur et met en scène 42 personnages. Cette danse macabre du XVe siècle (des squelettes entraînent des hommes dans leur ronde) avait choqué parce qu’elle plaçait tout le monde à égalité face à la mort, ecclésiastiques comme gens du peuple. Le pape l’avait donc fait recouvrir. Résultat : la fresque a traversé les siècles sans trop d’encombre.

De gauche à droite : Sous un arc, l'auteur assis écrit sur un parchemin. Trois squelettes musiciens jouent respectivement de la cornemuse, de l'orgue portatif et de la harpe. Ensuite suivent 19 couples mort-vif. Nous avons complété leur représentation de la peinture murale par le texte figurant sur la réédition de Lerouge de 1700 accolé à chaque couple, dialogue entre la mort et le personnage , avec en dessous la représentation du couple sur l'ouvrage de Lerouge pour voir la ressemblance. A remarquer que la peinture murale de la Danse Macabre de La Ferté Loupière, ne respecte pas toujours la règle d'un  homme de robe suivi d'un laïque, qui est systématique dans l'édition de Lerouge.

 TOUTES LES EXPLICATIONS ICI


LE SITE DES AMIS DE L’ÉGLISE

SUR WIKIPEDIA

OUVERTURE DE L’ÉGLISE :ENTRE 8H30 ET 9H
FERMETURE :  ENTRE 18H30 ET 19H





Merci Jean-Christophe Humbert pour cette belle idée de visite !


mercredi 7 décembre 2016

NOEL APPROCHE ! PENSEZ A VOS DERNIERS CADEAUX !

Quelques idées des Grigris !

***LES DESSINS DE DELPHINE CADORE  




Commande possible sur sa page Facebook

*** LES LIVRES PHOTOS DE RAYMOND LOEWENTHAL 

En vente à la librairie LA PROCURE à Reims

*** LES PETITS FORMATS DE RICHARD VANTHOURNOUT


 Sur sa page Facebook


*** LES PETITS FORMATS  DE MÉLANIE PACHOCINSKI


 Sur sa page Facebook

*** DES GANTS " GRIGRIS DE SOPHIE"





Au 03 26 47 44 72

A GUISE le mercredi 7 décembre au Familia

A L'ATELIER RECTO VERSO le samedi 10 et le dimanche 11 décembre
98 rue de la Neuvillette à Reims


*** LES CHAPELETS DE GRATITUDE DU JARDIN D’HÉLÈNE


Le jardin d'Hélène vous propose des idées de cadeaux originales et un choix diversifié… 
(Sapins de bois petit ou grand (sur commande) ; Chapelet de gratitude ; livre de recettes)

En passant par le stage cuisine des plantes sauvages, stage pain, des journées à la découverte de la sève de bouleau,ou une conférence sur les huiles essentielles par exemple.

Sous forme de chèques cadeaux qui seront envoyés directement dans une enveloppe originale à la personne de votre choix. 

Mais aussi une gamme diversifiée de produits du jardin, pâte de coings, confitures, potions magiques ...des paquets cadeaux originaux à venir chercher au jardin.

N'hésitez pas à vous renseigner en prenant contact au 03 23 60 24 34.
mais aussi sur le site


ICI

( cliquer)



*** LES PHOTOS D'APOLLINE LEPETIT





03 26 47 44 72

ICI 

*** LES PETITS FORMATS DE PIERRE ALBASSER 








Sur sa page Facebook


*** GÉRARD SENDREY




Sur les grigrisdesophie@gmail.com

*** LES MASSAGES DE LUA (Pour les rémois uniquement hélas !)

"Et si à partir d'une pratique simple et accessible vous pouviez offrir à votre entourage une profonde détente musculaire, une diminution considérable du stress, défatiguer les traits et selon l'Ayurvéda calmer les maux de tête, améliorer la vue et apporter un éclat éblouissant au visage ?
Ce massage je le pratique depuis une quinzaine d'années. "Extraordinaire !" est le sentiment unanime de ma clientèle. Au cours de cet atelier, vous n'apprendrez qu'une vingtaine de gestes. Vingt gestes simples, mais qui exécutés avec précision et concentration ouvriront le repos à l'esprit comme au corps."

Prix 45 euros

Par ailleurs, Noël approchant à grands pas, je vous offre tous les massages d'1h à 45€ seulement. Offre valable du lundi 19 au samedi 24 décembre 2016. Validité du massage 3 mois après achat. Voilà d'excellentes idées cadeaux pour choyer et prendre soin de votre entourage !

 Lua - Créatrice de Bien-Être et Moon Mother
06 13 27 08 81