Les Grigris de Sophie ce sont bien sûr des broches, des colliers et des sacs … mais c’est aussi un blog !

Les Grigris de Sophie ce sont bien sûr des broches, des colliers et des sacs …

Mais c’est aussi un blog ! Un blog dans lequel je parle de CEUX et de CE que j’aime …
HHHHHHHHHHHHHHHHHHHH
Vous trouverez ici des artistes, des lieux insolites, des recettes, des films, des expositions, des musiques, des spectacles, des photographies d’amis ….
Tout ce qui rend la vie meilleure, tout ce qui rend ma vie meilleure !

.......................................................................................
........................................................................................
........................................................................................
.........................................................................................

mardi 25 septembre 2018

LE CLOITRE DE ELNE

Coup de cœur pour LE CLOITRE DE ELNE et pour les sculpture de l'artiste catalane NURIA EFE !

"Héritage de son statut de siège épiscopal du Roussillon obtenu en 568 ap. JC et ce, jusqu’au XVIIe s., Elne présente au visiteur sa magnifique cathédrale romane du XIe s. et son cloître de marbre blanc veiné de bleu (XIIe–XIVe s.).
En forme de quadrilatère irrégulier, adossé au flanc nord de la Cathédrale, sa construction débute au cœur de la période d’épanouissement de l’art roman, pour se poursuivre tout au long de la période gothique.
Son iconographie unique retrace toute l’évolution de la sculpture médiévale en Roussillon, du XIIe  au XIVe s. Sous les arcatures romanes qui donnent l’unité à l’ensemble des galeries, les chapiteaux évoluent ainsi de l’art roman au gothique, dans une luxuriance de  thèmes originaux (végétaux, animaux et religieux)."






























"Le cloître d'Elne est un monument médiéval situé dans la ville d'Elne, dans le département français des Pyrénées-Orientales en région Occitanie.
Ce cloître était autrefois le lieu de résidence des chanoines de la cathédrale d'Elne. Le cloître est surtout connu pour sa sculpture romane, mais il abrite également de nombreuses sculptures gothiques.
À la différence de la plupart des cloîtres du Roussillon, le cloître d'Elne n'a pas été construit pour des moines mais pour des chanoines, clercs assistant l'évêque dans son gouvernement du diocèse. Ces chanoines disposaient de bâtiments de vie et d'étude situés à l'est et à l'ouest du cloître. La cathédrale est située au sud du cloître.
Le cloître est classé monument historique depuis 1840."
Le cloître respecte le schéma d'architecture établi au XIIe siècle : chaque galerie compte cinq piliers quadrangulaires et huit colonnes géminées réunies par des arcs en plein cintre. Il est entièrement bâti en marbre blanc, sans doute du marbre de Céret. L'espace central est occupé par un jardin qui n'était sans doute pas accessible à l'époque médiévale, la margelle des galeries n'étant interrompue par aucune porte.
Le cloître affecte, en plan, la forme d'un quadrilatère irrégulier. Les galeries orientale et occidentale, au lieu d'être perpendiculaire à celle du sud et au mur de l'église, s'inclinent légèrement vers l'est.
La voûte du cloître est sur croisée d'ogives, avec des doubleaux et des formerets. Les compartiments des voûtes sont maçonnés en briques posées de champ. Les travées du cloître ne sont pas carrées. Elles s'allongent dans le sens de l'axe des galeries, de sorte que l'arc des doubleaux est beaucoup plus aigu que celui des formerets.
Les nervures s'appuient sur les piliers. Les colonnettes portent les arcades par lesquelles les galeries prennent jour sur le patio. L'arc en plein cintre de ces baies est encadré, sur ses deux faces d'un chanfrein. À l'intérieur, ce chanfrein est orné de quatre-feuilles et de rosaces. À l'extérieur, il porte de loin en loin une tête-plate. Ce chanfrein se retrouve dans plusieurs cloîtres catalans, notamment à Girone.
Les supports, les nervures, l'appui de la claire-voie, la lunette des voûtes du côté du patio, le mur extérieur jusqu'à la corniche, sont en marbre blanc veiné de bleu.
Le cloître est renommé pour la richesse de l'appareil et par l'extrême variété des motifs de décoration. Ainsi, les chapiteaux des colonnettes, les impostes des piliers, un grand nombre des futs des colonnettes, quelques astragales sont couverts d'une ornementation d'une grande variété : telle colonnette est revêtue d'écailles, telle autre d'entrelacs ou striée de cannelures ou creusée de gorges profondes contournées en spirale. Certains futs sont à pans coupés et d'autres ornées de feuillages.
Les colonnettes font toutes 1,04 m de haut. les chapiteaux et les bases font 34 cm de côté pour des tailloirs de 81 cm par 46 cm.
Les culs-de-lampe placés aux quatre angles du cloître sont sculptés d’Évangélistes. qui surmontent leur symbole, à savoir : le taureau pour Luc, l'ange pour Matthieu, le lion pour Marc et l'aigle pour Jean. Ils ont été mutilés par les soldats de Napoléon qui avait transformé le cloître en écuries.


les sculpture de NURIA EFE sont visibles jusqu'au 30 septembre

SUR WIKIPEDIA

LE SITE DE L'OFFICE DU TOURISME


(cliquer)


lundi 24 septembre 2018

ÉLISABETH EIDENBENZ ET LA MATERNITE D'ELNE

 Les journées du Patrimoine m'ont fait découvrir une femme exceptionnelle et un lieu de mémoire à Elne, dans les Pyrénées Orientales.
Cette visite nécessite de lire de très nombreux panneaux explicatifs, tous passionnants puisqu'ils racontent un choix de vie courageux et magnifique, un film présente aussi une interview d'Elisabeth Eidenbenz âgée...

"S'il est un lieu de mémoire dans le département, symbole de l'espoir au milieu d'un océan d'horreur, d'injustice et de misère, c'est celui-ci. Dans ce château du début du XXe siècle - la Maternité Suisse d'Elne, est classé au titre des monuments historiques depuis 2013 -, une courageuse jeune femme suisse, Elisabeth Eidenbenz (1913-2011), permettra entre 1939 et 1944, à des femmes espagnoles, juives et tziganes de donner le jour, dignement, à près de 600 enfants.
Pour être exact, de début décembre 1939 jusqu'à Pâques 1944, soit pendant 4 ans et demi, 597 enfants verront le jour dans cette maternité. Et malgré la surveillance de la Gestapo, des dizaines d'enfants y seront également cachés et sauvés en falsifiant leurs identités.
 En marge des camps d'Argelès, de Saint-Cyprien ou de Rivesaltes et de leurs conditions précaires de survie, un millier de femmes et autant d'enfants seront accueillis.
Une halte salvatrice de réconfort et de respect, en une période chaotique de l'histoire où le mot " humanisme " n'avait plus grand sens.
Tombée dans un quasi oubli durant plus de 50 ans, la Maternité suisse d'Elne, est devenue aujourd'hui un musée.
Au travers de photos, d'écrits, d'objets, de vidéos, on se replonge dans un pan obscur de notre passé. Un témoignage fort, nous rappelant que certains, à force d'obstination, de bonté et de courage, se refusèrent à considérer cette détresse humaine comme une fatalité."

A lire aussi les passionnants panneaux consacrés à Madeleine Fillols, une des sage-femmes qui a aidé Elisabeth Eidenbenz dans cette magnifique mission, femme au parcours atypique elle aussi.



 

 

"Entrez dans ce havre de paix et laissez-vous emporter dans ce lieu chargé d’émotions, d’espoir, de solidarité et d’humanité. Classée Monument Historique depuis 2013, la Maternité Suisse est aujourd’hui un vif témoignage de l’entraide, du dévouement et de la détermination de jeunes volontaires d’associations humanitaires.
En février 1939 a eu lieu la Retirada. Près d’un demi-million d’espagnols et de catalans, ont quitté leur pays et se sont réfugiés en catastrophe, dans le département des Pyrénées-Orientales. Alors que le danger est permanent à cette période charnière de l’histoire, le courage de quelques personnes a permis de sauver de nombreuses vies.
Face à cette tragédie, la Commune d’Elne et ses habitants ont eu un rôle capital en ce qui concerne l’accueil de ces milliers de personnes puisque c’est ici, à Elne, au château d’en Bardou, qu’une jeune femme, Elisabeth Eidenbenz, mènera un combat acharné dans le but de sauver un maximum de personnes. Volontaire au sein de l’association du Secours Suisse aux Enfants d’Espagne, elle permit l’ouverture de la Maternité Suisse d’Elne en décembre 1939 et en sera la directrice jusqu’en avril 1944, date à laquelle cet îlot de paix a dû fermer. Grâce à sa persévérance, près de 600 enfants d’une dizaine de nationalités différentes ont vu le jour au sein de cette Maternité et un millier de femmes et autant d’enfants y furent accueillis : la grande majorité de ces personnes était internée dans les camps d’Argelès, de Saint-Cyprien et de Rivesaltes, dans des conditions insoutenables.
L'exposition permanente : « La Maternité Suisse d’Elne : un berceau d’humanité au cœur de l’inhumain » que vous pouvez retrouver dans l’ancienne salle à manger de la Maternité, retrace cette histoire. Dans la salle d’accouchement, une nouvelle exposition sur Madame Fillols témoigne de l’engagement des Illibériens dans cette période noire de l’histoire.
La Maternité accueille également, tous les trois mois, une nouvelle exposition temporaire."



 La liste des 597 enfants






 Les cartes de remerciements réalisées par les femmes pour Elisabeth


 
 
 Elisabeth et des enfants


 




 

 







 
 Quelques photos des mères et des enfants présentées dans l'exposition


 La Maternité en 1939


Château d'en Bardou 
Route de Bages 
66200 Elne

HORAIRES :
Du 2 au 15 janvier, du 29 janvier au 31 mars 2018 et du 1er octobre au 31 décembre 2018 :
Ouvert tous les jours sauf le lundi de 10h à 12h30 et de 14h à 17h (ouvert lundi de Pâques)
 Du 1 avril au 30 septembre 2018 : Ouvert tous les jours de 10h à 12h30 et de 14h à 18h30

FERMETURES ANNUELLES :
1er janvier2018 - du 15 au 25 janvier 2018 - 1er mai 2018 - 25 décembre 2018




UN LIEN

SUR WIKIPEDIA

ELISABETH SUR WIKIPEDIA

REVUE DES PATRIMOINES

RACONTE MOI 1 HISTOIRE

(cliquer)

Pour Apolline qui aime les destins exceptionnels
Pour Danielle cette femme indubitablement ORGANuGAMME
et pour Marie pour sa collection de femmes magnifiques