Les Grigris de Sophie ce sont bien sûr des broches, des colliers et des sacs … mais c’est aussi un blog !

Les Grigris de Sophie ce sont bien sûr des broches, des colliers et des sacs …

Mais c’est aussi un blog ! Un blog dans lequel je parle de CEUX et de CE que j’aime …
HHHHHHHHHHHHHHHHHHHH
Vous trouverez ici des artistes, des lieux insolites, des recettes, des films, des expositions, des musiques, des spectacles, des photographies d’amis ….
Tout ce qui rend la vie meilleure, tout ce qui rend ma vie meilleure !

.......................................................................................
........................................................................................
........................................................................................
.........................................................................................

lundi 26 septembre 2022

FABRICE FABER LAURIOU ... MOI J'AIME

 

Une belle découverte que je dois à Claude-Alain Siegler ! 

 

Pour accompagner cette sélection de photos des réflexions de l'artiste ... 

Je ne prétends pas être un artiste, ce sont les autres qui me voient comme tel…
Je ne  puis parler de mes "œuvres", sinon de mes "extrapolations", d’avoir fait ce que j’avais à faire , à exprimer, ou non, ce qui me vient dans l’instant où je crée.
Je fais ce que je suis, je fais ce qui je suis … j’intéresse le temps qui passe, je suis dans l’instant, tentant de justifier ou de rattraper du temps perdu antérieurement.
Je transpose mes étais d’être, mes états d’âmes, ce en fonction de mes humeurs, de ce que j’ai à dire, à exprimer, ou pas…
Je fais pour moi avant tout, sans le désir de plaire !
Le dessin, la peinture, la sculpture sont pour moi des moments d’évasion, je suis dans l’instant !!


Un jour par hasard, j’ai taillé une pierre et ai trouvé ce qu’il  me manquait : une passion !
Je sculpte pierres, galets et bois, posant dessus des masques, masques de mes humeurs et celles de ce monde, lequel ne me laisse pas indifférent …
Les yeux de mes sculptures sont gommés et c’est la bouche qui donne l’expression, ils sont à l’intérieur d’eux-mêmes, en introspection.
Totalement autodidacte, je n’ai de cesse de créer afin de donner un sens à chaque jour et ainsi tenter de rattraper du temps perdu antérieurement.   

 L’art pour surprendre et se surprendre … un cadeau de la vie 

 Et merci à Valérie, mon épouse, sans laquelle rien ne serait.

 

 













 Et ces lignes publiées dans LA TRIBUNE RÉPUBLICAINE

Œuvre noire ?

Non car au travers de ses cris muets et figés dans la matière, bois, pierre ou papier, quand on y regarde de plus près avec attention on y découvre toujours une part d'espoir dans l'avenir et dans l'homme, cette dualité éternelle et inflexible. 

" Je rentre dedans, je la défonce, je m'enfonce, je m'acharne" dit-il et on sent à l'intonation de sa voix, tout comme à son regard, qu'il vit intensément ce qu'il dit.

Son rapport avec la matière est presque charnel, tant son envie, sa volonté de donner corps à son idée, à son ressenti est intense et brûlante.

Après lui être rentré dedans , l'avoir défoncé, ce que Fabrice adore c'est le polissage car cela permet tout doucement de faire émerger la douceur, le sourire, la paix et la sérénité. Éternelle dualité."


RETROUVEZ FABRICE SUR FACEBOOK

(cliquer)


dimanche 25 septembre 2022

" CORTEGES ET ENCHANTEMENTS" AU MANOIR DES RENAUDIERES A CARQUEFOU

 

 

  

 

Franchement je suis impressionnée à chacune de mes visites au Manoir des Renaudières. Anne-Claire Savin et Régina Sorel ont un don, celui de renouveler l'espace et de faire de chacune des expositions proposées UN ENCHANTEMENT ! 

 

"Suivez le f i l de Nine Geslin
Après avoir été styliste décoratrice pour les vitrines de grandes maisons de mode à Paris, Nine Geslin décide de quitter la capitale pour s’ouvrir vers de nouveaux horizons.
Des matières qui proviennent d’ici et là…
Depuis toujours l’artiste aime déf ier les conventions. Mettre en volume des vêtements grâce aux entrelacs de fil de fer avec des visages stylisés en carton ondulé, sur des silhouettes improbables en grands mouvements, dans un monde aérien ou fantasmagorique. Ce passage par l’art de la vitrine lui permet de commencer à élaborer un style personnel. Elle affectionne particulièrement le fil de fer et pour donner corps à ses œuvres, elle glane des matières mises au rebut, des bois, des bouts de f ibres textiles, des morceaux de peau ou de caoutchouc qui ont connu ailleurs une autre vie. Elle garde en tête le lieu de trouvaille, l’histoire de chaque morceau, de chaque bout de texture, qui jonche son atelier.
Aujourd’hui, l’artiste vous invite dans un autre monde où un joyeux cortège vous convie entre réel et imagi naire."


Laissez-vous enchanter !


 

 

 

 

 



















 

« J’utilise principalement le f il de fer.
Ce matériau, de par sa docilité et sa mémoire
autorise une grande liberté...
Obéissant sans gommer le doute, il dessine dans l’espace.
J’aime aussi le remplir, lui donner chair à l’aide
de différentes fibres glanées ici et là.
En parallèle, je poursuis une recherche en dessin,
souvent sur de grands papiers. »


Nine Geslin

 

 

 

 Et surtout n'oubliez pas de feuilleter les livres d'artistes ....

 











« Ma pratique se nourrit essentiellement de ce que peuvent m’apporter les lieux. J’affectionne ceux où la modernité n’a pas eu le temps de poser son empreinte, où l’on peut voir et entendre les paysages, les espèces qui les peuplent et les dessinent, sentir comment le corps s’y déplace. J’ai toujours recherché les espaces ouverts, avec eux, leurs métamorphoses et les élans de liberté que cela engendre. J’essaie à l’aide d’observations compilées et d’éléments collectés, de les retranscrire à l’aune de ma perception. »

Nine Geslin

 

 LE LIEN

 (cliquer)

 

 JUSQU'AU 16 OCTOBRE 


Mercredi, samedi et dimanche de 14 h à 18 h ou sur rendez-vous. 
Manoir des Renaudières, Carquefou. 
Entrée gratuite
Contact : 02 28 22 24 40

Allée des Renaudières
44470 Carquefou


samedi 24 septembre 2022

JEAN-MICHEL OTHONIEL AU PALAIS DU FACTEUR CHEVAL VU PAR HELENE HUYSSEUNE

 

Je ne suis pas sans ignorer la grande polémique qui entoure la dernière exposition du Palais du facteur Cheval mais si j'aime l'incroyable palais à la folie, j'aime aussi Othoniel. 

Hélène Huysseune a été mes yeux à Hauterives en cet été 2022 et je suis heureuse de vous présenter ses photos sur les Grigris.

 

« J’ai hâte de surprendre Ferdinand Cheval, de me perdre à nouveau dans les mystères de l’enfance, dans le monde à part de la jeunesse et dans la joie de savoir vivre et finir ma vie. »

Jean-Michel Othoniel

 

 






























  

"Pour célébrer les 110 ans de sa construction, le Palais idéal du facteur Cheval est heureux d’accueillir l’exposition Le rêve de l’eau, imaginée par l’artiste Jean-Michel Othoniel. Créée spécialement pour ce lieu unique au monde, l’exposition se déploie pour la première fois au cœur de l’œuvre du facteur Cheval et de son jardin.

Inspirée par les dessins préparatoires du facteur Cheval, l’intervention de Jean-Michel Othoniel en appelle au sensible et convoque le merveilleux pour rendre vivant le rêve du facteur Cheval : que le Palais soit animé de jeux d’eau, de fontaines et de cascades.

 





Dans un dialogue parfait, Jean Michel Othoniel vient créer des œuvres tout autour et à l’intérieur du Palais, s’inspirant des formes conçues par le facteur Cheval. Invité par le Directeur du Palais idéal, Frédéric Legros, Jean-Michel Othoniel relève avec subtilité le défi qui consiste pour la première fois à faire rentrer la création contemporaine dans l’œuvre singulière du facteur Cheval. Entre sculpture, construction et folies, deux univers d’artistes singuliers viennent se rencontrer.

Jean-Michel Othoniel et le Palais idéal, une fascination depuis l’enfance

Jean-Michel Othoniel (né à Saint Etienne en 1964) fait partie des artistes les plus célébrés de sa génération, jouissant d’une renommée internationale.

Auteur entre autres du Kiosque des Noctambules à Paris au métro Palais-Royal et des installations au Bosquet du Théâtre d’eau de Versailles, son œuvre s’exprime avec poésie à travers le travail du verre et s’inscrit dans la tradition des maîtres verriers de Murano avec lesquels il collabore, pour créer d’immenses ensembles qui dialoguent avec des jardins et sites patrimoniaux dans le monde entier.
Après le Musée du Louvre, la cathédrale d’Angoulême ou encore le Musée national du Qatar, c’est au Palais idéal du facteur Cheval que Jean-Michel Othoniel vient désormais présenter une création originale pour ce lieu qu’il visitait enfant.

« Nous partions en vacances dans la Drôme avec ma mère, nomades pour une longue période sans mon père qui restait à l’usine. Hauterives était une destination culturelle pour cette jeune institutrice curieuse et son fils. Nous sommes à la fin des années soixante, j’ai six ans. Le château des géants, du sable, des coquillages, de la poussière, du soleil, de la fraîcheur, des grottes, des rires, du silence et se perdre dans le mystérieux de l’enfance. Le bruit des pas sur les graviers, le vertige des belvédères, la peur du labyrinthe, jouer, courir, chercher et se chercher pour comprendre où l’on est et d’où l’on vient, accepter la magie populaire, l’exotisme des livres d’histoires comme seule rêverie.

J’ai hâte de surprendre Ferdinand Cheval, de me perdre à nouveau dans les mystères de l’enfance, dans le monde à part de la jeunesse et dans la joie de savoir vivre et finir ma vie. »

 

 JUSQU'AU 6 NOVEMBRE 2022


 LE SITE DU PALAIS

 LE PALAIS DU FACTEUR CHEVAL ET LES GRIGRIS DE SOPHIE

 OTHONIEL ET LES GRIGRIS DE SOPHIE

(cliquer)

8, rue du Palais
26390 Hauterives

 

 Juillet 2022