Les Grigris de Sophie ce sont bien sûr des broches, des colliers et des sacs … mais c’est aussi un blog !

Les Grigris de Sophie ce sont bien sûr des broches, des colliers et des sacs …

Mais c’est aussi un blog ! Un blog dans lequel je parle de CEUX et de CE que j’aime …
HHHHHHHHHHHHHHHHHHHH
Vous trouverez ici des artistes, des lieux insolites, des recettes, des films, des expositions, des musiques, des spectacles, des photographies d’amis ….
Tout ce qui rend la vie meilleure, tout ce qui rend ma vie meilleure !

.......................................................................................
........................................................................................
........................................................................................
.........................................................................................

vendredi 20 février 2015

PASCAL MIGNUCCI OUVRE 3W GALLERY (ANCIENNEMENT GALERIE DU CARDO) A REIMS



Voici une bonne nouvelle pour les rémois la réouverture de la galerie rue Henri IV ... devenue 
3W GALLERY !

Pascal Mignucci  présente des œuvres de différents artistes :

Fréderic Voisin, Patrick Baillet, Sébastien Bayet,Serge Fréchet, Dominique Pouchain, Machado Rui et Bruno Lebon...

La galerie a ré-ouvert fin janvier ... qu'on se le dise ! 




A l'honneur FRÉDÉRIC VOISIN avec de remarquables tableaux  ...






Et pour accompagner mes photos aujourd'hui un texte de Thierry Delcourt
 " Enchromes et Abstration : Frédéric Voisin" publiè le 15 février sur son blog :

"Frédéric Voisin entre dans son atelier. Comme tous les jours, l’aube bleue enveloppe le froid bâtiment où il a élu résidence au milieu des bureaux et des industries. Au sortir du sommeil, entre deux mondes, il est urgent pour lui d’extraire une couche profonde que la nuit a laissé affleurer, presque consciente mais fugace et précaire. Visions et pensées sont, l’espace d’un instant, découvertes comme des récifs à marée basse. Il est urgent de se donner le temps et le support pour les déposer, leur donner forme avec insistance et sans ménagement. Il s’agit d’exprimer ce qui reste bien souvent informulable. Comme nombre d’artistes, Frédéric Voisin  ne cherche pas, il trouve, dans une alliance magique entre technique, savoir et invention.
C’est ainsi qu’il a parcouru des univers aussi différents que la création sur ordinateur, le travail graphique en correspondance avec la musique, l’assemblage incongru d’objets récupérés formant masques et totems, et bien sur, la peinture qui reste centrale dans sa création.
2005 – 2006 : les Enchromes 
 L’œuvre peinte de ces deux dernières années, objet de cette exposition, nous fascine par ses trouvailles et ses mutations. Frédéric Voisin avait à peine découvert et exploré ses superbes encres de chine que, déjà, il passe à une autre étape en affirmant : « J’ai besoin de changer. Je ne voudrais pas être figé et me répéter ». Il explique la nécessité qui s’est imposée à lui durant l’été 2006 de faire vibrer et même exploser la couleur.

 Que s’est-il passé et que nous montre-t-il ?
En 2005, encre de chine, pigments, poussières minérales venaient prendre forme sur une matière subjectile noble : papiers Japon, Tibet et Indien. L’effet magique était accentué par un  vernis étrangement appliqué qui travaillait le fond en opérant des catastrophes microcosmiques et dans le même temps lissait la surface, fixant le sujet du tableau dans une dimension énigmatique par le miroir sombre de sa laque.
Mais de quel sujet s’agit-il ? Et doit-on s’en tenir aux titres choisis par l’artiste : Abysses, Pierres de Mars, Boréal, Vaisseaux perdus… titres qui nous entraînent plus encore dans un voyage cosmogonique parsemé d’objets étranges, plutôt marins que stellaires ?
          Frédéric Voisin admet fort bien que le regardeur s’approprie le sens du tableau, et il est même curieux de ce qu’en dit ce spectateur au sortir du premier étonnement. Il accepte même le commentaire le plus trivial car il sait que l’essentiel n’est pas là, dans une figure, une explication, une interprétation. L’essentiel est dans l’évocation et l’émotion provoquées par cette alchimie entre forme et fond qu’il nous offre, laissant l’œil pénétrer dans la profondeur, s’arrêter sur une forme improbable, puis baigner dans ce monde étrange, mais qui respire et nous pénètre. C’est cette respiration si singulière qui permet d’entrer dans l’œuvre obscure et de s’y plaire. Certes, le danger flotte, mais il ne nous assaille pas. Peut-être y a-t-il là une question suggérée par Frédéric Voisin sur notre devenir et l’avenir incertain de notre planète, si préoccupant et que, pourtant, nous maintenons si lointain ?
 Face aux toiles de l’artiste, une méditation envoûtante suscite en nous bien des questions. Pourquoi suis-je là ? Pour combien de temps encore ? Que cachent les ténèbres ?

 En mai 2006, un évènement a eu lieu dans la peinture de Frédéric Voisin. ‘Nocturne’, une toile douloureuse et tourmentée en marque la charnière. Le noir se transforme, laissant apparaître des spicules anarchiques. On assiste à ce qui évoque une  carbonisation, prémisse d’un décollement inéluctable. Étrange mue de ce noir qui contraint d’étroits rectangles ocre sombre, braises à peine chaudes de l’incendie ravageur en voie d’extinction. C’est la noire cicatrice d’une nuit désastreuse et abyssale, enchâssant un petit reste de vie, brillance prisonnière pleine d’espérance. On pourrait penser à une catastrophe définitive, mais c’est oublier comment l’artiste peut rebondir en trouvant espoir et lumière dans son recours pictural. Il a mis en scène cette mue sur fond de désastre. Il ne peut en rester là.
Durant l’été 2006, Frédéric Voisin va peindre sans relâche, en commençant par un ‘Cri’. Cette toile, reprenant la composition de Nocturne, est envahie par un rectangle rouge, central mais débordant le cadre étouffant de ‘Nocturne’ qui l’a précédé. Au centre de ce rectangle, un autre, plus vif encore, figure une bouche hurlante emprisonnée par des traits verticaux, tels des barreaux. La mue d’un monde est accomplie, et la peau cicatricielle est tombée. Mais tout reste à faire, et Frédéric Voisin s’y active sans relâche, travaillant des séries de trois toiles. L’une d’elles ne peut le satisfaire et constitue le mobile d’une création continue. Son destin est d’être recouverte par la première d’une autre série.
Et c’est cette nouvelle étape qu’il nous montre aujourd’hui, sans la comprendre, sans y mettre de titre, en la constatant, perplexe mais momentanément satisfait.
 Regardons-y de plus près : tout d’abord, deux toiles que l’on pourrait considérer comme des autoportraits. Elles dessinent un réseau complexe et obscur et évoquent une construction fonctionnelle du corps, enchâssant des poches de couleurs. L’émotion primaire qu’elles contiennent est mise en relation généalogique avec la structure rigoureuse. Mais c’est aussi un retour allusif aux sources du parcours de Frédéric Voisin, traces concentriques structurant un monde de composants détournés vers le monde sensible, évoquant l’énergie pulsionnelle et désirante des corps.

 Dans les toiles suivantes, les portes s’ouvrent et laissent venir la lumière et les couleurs primaires en larges aplats sans apparat et sans voile, ponctués ça et là d’incrustations mystérieuses. Le propos est puissant et même violent. La couleur envahissante est une menace qui provoque un premier pas hésitant. Car, à l’instar de Mark Rothko, Frédéric Voisin a réussi à éliminer les obstacles entre le peintre et le spectateur : plus de sujet, plus d’artifice, rien que la peinture qui s’impose entre émotion et idée. Il faut y habituer le regard.
Ces toiles sont, au premier abord, moins séduisantes que les Encres de chine, mais leur impact ‘trauma-chromatique’ peut se voir comme la révélation de ce que le peintre veut nous transmettre, sans retenue, au plus près de ses émois."

 Pascal Mignucci présentant un tableau de Frédéric Voisin sorti de la réserve

 Mon coup de cœur : SERGE FRÉCHET ...







Dominique Pouchain ( en haut et à gauche) et la valise à violoncelle de Serge Frechet




Machado Rui 





Et trois tableaux de Sébastien Bayet



 LE BLOG DE THIERRY DELCOURT

FRÉDÉRIC VOISIN ET LES GRIGRIS DE SOPHIE

 (cliquer sur le lien)

27 rue HENRI IV à Reims
Ouverture du mardi au samedi de 13h à 19h.

 

1 commentaire:

Pascal Mignucci a dit…

Sophie,
Merci pour ton "reportage" .
Belle présentation des œuvres et du lieu!
J'ai mis un lien "GrisGris de Sophie" sur la page Facebook de la 3W Gallery...
A bientôt.
Amicalement
Pascal