Les Grigris de Sophie ce sont bien sûr des broches, des colliers et des sacs … mais c’est aussi un blog !

Les Grigris de Sophie ce sont bien sûr des broches, des colliers et des sacs …

Mais c’est aussi un blog ! Un blog dans lequel je parle de CEUX et de CE que j’aime …
HHHHHHHHHHHHHHHHHHHH
Vous trouverez ici des artistes, des lieux insolites, des recettes, des films, des expositions, des musiques, des spectacles, des photographies d’amis ….
Tout ce qui rend la vie meilleure, tout ce qui rend ma vie meilleure !

.......................................................................................
........................................................................................
........................................................................................
.........................................................................................

vendredi 20 novembre 2015

MICHEL POZZETTO AU MUSEE AUGUSTE CHABAUD DE GRAVESON


A partir du 13 novembre et jusqu’au 17 janvier 2016, le sculpteur Michel Pozzetto rendra hommage à Auguste Chabaud au sein même de son musée à Graveson, avec un thème souvent évoqué par l’artiste, celui de la nativité.

Voici aujourd'hui sur les Grigris, et pour faire suite à mes différentes mises en ligne,  des photos et un texte de  Monique Laidi-Chabaud, petite-fille de l'artiste et directrice artistique du musée de région éponyme à Graveson.


 

 

 













" A partir du 13 novembre  et cela jusqu’au 17 janvier 2016, un sculpteur viendra cette année rendre hommage à Auguste Chabaud au sein même de son musée,  avec un thème  souvent évoqué par l’artiste, celui de la nativité.
 Michel Pozzetto, artiste singulier, domicilié au Paluds -de - Noves  n’est pas un sculpteur comme les autres. Sa passion est de redonner vie avec une profonde humilité,  à des  outils agricoles,  dénichés au hasard de ses ballades,  et révéler ainsi au public,  une œuvre riche en poésie,  avec un message empreint de bonté et de sagesse.
Le message d’un philosophe et d’un poète, celui d’un homme sincère dont l’œuvre est dénuée de tout intérêt lucratif. Il est habité par une véritable foi, une mystique de l’objet  abandonné,  qui donne à  son œuvre une forme de religiosité. Un homme fidèle à l’esprit des artistes du mouvement d’Art Brut, voué à œuvrer en dehors des normes esthétiques du moment, délibérément libre, empruntant sans cesse de nouveaux chemins, expérimentant la matière rouillée qu’il déniche dans la terre, ferrailles oubliées vouées à une mort certaine si le regard de l’artiste n’était pas là pour leur donner une nouvelle jeunesse. Il  les sublime à nouveau avec un peu d’argile et quelques bouts de chiffons, les anime d’un souffle nouveau, d’une renaissance libératoire, une résurrection, toujours fidèle à  la sobriété de leur patine originelle, support non colorée.
La crèche de Michel Pozzetto est loin d’être fidèle à la tradition, totalement exceptionnelle dans sa vision et sa conception. L’association de ses personnages, figures du monde ou totem,  d’inspiration tribale est dense.
Il n’oublie pas dans la représentation de cette nativité, les hommes de cœur qu’il admire, à la vocation humanitaire, fidèles à la parole du christ « tu aideras ton prochain ». Ainsi se profilent  la figure de l’abbé Pierre et  celle de sœur Emmanuelle,  présents tous deux dans le cortège pour célébrer la naissance de Jésus. Tout prés d’eux,  les apôtres en procession mystique ont trouvé également leur place, cheminant ainsi vers Nazareth en Galilée.
Michel Pozzetto s’autorise  ce qu’il veut, n’a aucune bride ni muselière,  vient heurter parfois notre sensibilité, nous percuter pour que le message empreint d’humanité et de vérité qui est le sien,  prenne toute sa dimension, celle avant tout d’un grand poète et d’un amoureux de la vie qui néanmoins, n’oublie pas de dénoncer, sans virulence aucune,  mais avec une grande lucidité,  les injustices de ce monde.
Il nous confie avec légèreté ces quelques mots :  « cette crèche a été réalisée afin que les hommes n’oublient pas que les outils qui leur ont permis de vivre peuvent avoir, eux aussi une place en ce grand jour de fête avec leurs habits et couleurs des champs ».
Auguste Chabaud qui se disait être resté « un éternel enfant » aurait probablement aimé regarder cette procession humble et poétique, empreinte de ruralité, avec ces hommes et femmes façonnées dans  l’esprit de notre terroir provençal, rencontre instinctive des matériaux, osmose entre fer et argile.  Une procession dénuée de tout artifice en vue de séduction, mais vraie et émouvante,  comme celle qu’il a exprimé avec ferveur  avec ses pinceaux  ou ses fusains,  sur son papier de boucherie, tout prés de l’église de Graveson.
Son œuvre « les provençales en méditation sur la colline » rejoindra dans une même mystique sur le chemin blanc de sa Provence,  les personnages animés de spiritualité de Michel Pozzetto,  en pèlerinage heureux en Galilée vers la grotte de Nazareth."



( Photos Agnés Pozzetto et Monique Chabaud)


Musée de Région Auguste Chabaud
Cours National 13690 Graveson en Provence
 04 90 90 53 02

DU 13 NOVEMBRE AU 17 JANVIER 2016



LE LIEN VERS LE MUSÉE AUGUSTE CHABAUD

MICHEL POZZETTO ET LES GRIGRIS DE SOPHIE


(cliquer sur les liens)

Aucun commentaire: