Les Grigris de Sophie ce sont bien sûr des broches, des colliers et des sacs … mais c’est aussi un blog !

Les Grigris de Sophie ce sont bien sûr des broches, des colliers et des sacs …

Mais c’est aussi un blog ! Un blog dans lequel je parle de CEUX et de CE que j’aime …
HHHHHHHHHHHHHHHHHHHH
Vous trouverez ici des artistes, des lieux insolites, des recettes, des films, des expositions, des musiques, des spectacles, des photographies d’amis ….
Tout ce qui rend la vie meilleure, tout ce qui rend ma vie meilleure !

.......................................................................................
........................................................................................
........................................................................................
.........................................................................................

mardi 24 novembre 2020

ENKI BILAL AU FHEL A LANDERNEAU



Les bandes-dessinées de Bilal ont émerveillé mon adolescence. J'ai donc été heureuse de retrouver 

planches, peintures ( 250 œuvres au total ), vidéos, écrits de cet artiste talentueux à Landerneau.

"A partir du samedi 18 juillet 2020, au Fonds Hélène & Édouard Leclerc, Enki Bilal nous emmène à la découverte de son univers.
À la croisée des arts, des cultures, des temps, des mondes et des sociétés, réels ou fictionnés, son œuvre se parcourra dans l’exposition, autour des grands thèmes qui s’y déploient. Dessins, peintures, films, écrits, seront présentés, depuis ses débuts dans la bande dessinée dès les années 70 jusqu’à ses œuvres les plus récentes et, pour certaines inédites, réalisées pour Landerneau, comme la série qu’il prépare en écho avec le célèbre tableau de Picasso, Guernica."


« Maîtrisant les supports artistiques les plus diffusés, du cinéma à la bande dessinée, Enki Bilal a largement participé à l’éveil politique d’une génération, qui a su traverser les murs de la guerre froide et dénoncer les excès d’un capitalisme prédateur sur notre environnement. Il nous interroge aujourd’hui sur l’avenir d’une humanité qui aurait confié sentiments et libertés à des robots et algorithmes. » 

Michel-Édouard Leclerc














 

"Plusieurs sujets récurrents dans l’œuvre de Bilal sont ici évoqués : l’humain, la ville, le cosmos, la machine, l’animal. Tout comme les thématiques de la violence, de la géopolitique, de la métamorphose et de l’intimité."

 


« Exposer ses œuvres, c’est exhiber un peu de sa mémoire cachée. »
Enki Bilal






« La vision d’Enki Bilal est réaliste et fantastique, pessimiste et terrible, profondément marquée par l’Histoire et d’une force rarement exprimée. Les mises en relation dans l’exposition avec des exemples de toutes les époques témoigneront de ces mêmes préoccupations : la monstruosité chez Hiéronymus Bosch et Joel‑Peter Witkin, l’horreur de la guerre chez Jacques Callot et Francisco de Goya, le fantastique chez Gustave Doré et Alfred Kubin, le machinisme chez Man Ray et Lewis Hine, l’hybridation chez Orlan et Tony Oursler. Il y a aussi plus d’un rapport entre l’oeuvre d’Enki Bilal et celle de Francis Bacon. En même temps seront projetés des extraits de films de Fritz Lang, de Ridley Scott, de David Cronenberg.

D’“Enki Bilal”, une épopée dans l’Histoire où tout est relié, le passé, le présent et le futur. »

Serge Lemoine




 

"Au cœur du chaos, il y a aussi ces regards. Perdus, éperdus. Bouleversants. Il y a ces corps sublimes qui s’enlacent. L’être humain dans ce qu’il a de plus émouvant."

 







"Souvenirs d’adolescence et des albums de bande dessinée d’Enki Bilal : des corps magnifiques, une ville fantastique, un monde violent et… du bleu.

Tout est là. Dans la nouvelle exposition du Fonds Hélène et Édouard Leclerc pour la culture, à Landerneau (Finistère), consacrée à cet artiste complet, qui a ouvert le 18 juillet 2020. 

Enki Bilal est né à Belgrade en ex-Yougoslavie. Il est l’auteur de nombreux albums de bande dessinée et de livres mêlant l’écrit, l’illustration et la peinture. En tant que peintre, il expose régulièrement partout dans le monde. Il est aussi l’auteur et le réalisateur de trois longs-métrages et a fait des incursions dans le théâtre.

Construite avec lui, l’exposition mêle dessins, peintures, films et écrits, depuis ses débuts dans la bande dessinée dès les années 70 jusqu’à ses œuvres les plus récentes et pour certaines inédites, réalisées pour Landerneau. En tout pas moins de 250 œuvres, mises en relation avec une quarantaine d’œuvres d’autres époques et d’autres artistes, comme Goya, Francis Bacon, Man Ray.

Pessimiste et terrible

Le monde vu par Enki Bilal est assez effrayant. Dans une ville oppressante, inquiétante, il met les hommes en prise à la violence, parfois extrême. Serge Lemoine, commissaire général de l’exposition :

La vision d’Enki Bilal est réaliste et fantastique, pessimiste et terrible, profondément marquée par l’Histoire et d’une force rarement exprimée.

C’est sombre. Mais en observateur très lucide de l’état du monde, très ancré dans l’actualité, Enki Bilal interroge brillamment et parfois de manière anticipatoire l’avenir de l’humanité.

L’exposition met également l’accent sur l’évolution des techniques de l’artiste, son souci de la composition, son rapport aux couleurs (ce bleu si poétique…), son utilisation du procédé de la grisaille.

Effrayant, oui. Mais tellement intelligent."

 

Infos pratiques : 
Jusqu’au 4 janvier 2021 au FHEL, les Capucins, Landerneau.
Ouvert tous les jours de 10 h à 18 h.

Tarifs : 6 et 8 euros

 LE LIEN VERS LE FHEL

 UN LIEN 

(cliquer)

 

71 Rue de la Fontaine Blanche

Rue des Capucins

29800 Landerneau

 

Aucun commentaire: