Les Grigris de Sophie ce sont bien sûr des broches, des colliers et des sacs … mais c’est aussi un blog !

Les Grigris de Sophie ce sont bien sûr des broches, des colliers et des sacs …

Mais c’est aussi un blog ! Un blog dans lequel je parle de CEUX et de CE que j’aime …
HHHHHHHHHHHHHHHHHHHH
Vous trouverez ici des artistes, des lieux insolites, des recettes, des films, des expositions, des musiques, des spectacles, des photographies d’amis ….
Tout ce qui rend la vie meilleure, tout ce qui rend ma vie meilleure !

.......................................................................................
........................................................................................
........................................................................................
.........................................................................................

mardi 16 janvier 2018

L'ERMITAGE DU MONT CINDRE : L'INSOLITE CONSTRUCTION D'EMILE DAMIDOT


Depuis plusieurs années j'essayais de visiter L'ERMITAGE DU MONT CINDRE mais celui ci 
était en travaux et fermé au public....
Mon passage à Lyon en septembre pour la Biennale Hors Norme  fut l'occasion d'une découverte de cet environnement insolite... sous une pluie battante ! 
L'obligation maintenant d'y retourner avec Apolline pour de nouvelles photographies...

Bonheur supplémentaire dans le cadre de cette biennale : la présence des œuvres de Jean Rosset.
"Jean Rosset, artiste sculpteur considère ses oeuvres, proches de l’art brut, comme une nécessité. Il invitera les visiteurs du site de l’Ermitage à rencontrer ses figures animées géantes, à l’allure de Totem, nées d’un minutieux processus allant du choix de l’arbre à la manipulation précise de machines tranchantes. Véritable travail « de collaboration avec la nature », ces sculptures envahiront le jardin de rocailles et interpelleront les visiteurs qui oseront s’y aventurer."

L'ERMITAGE DU MONT CINDRE c'est l'histoire d'une passion un peu folle comme je les aime.
Pendant presque quarante ans, Émile Damidot  imagine et crée des chapelles, des niches, des bassins d’eau à partir de béton, d’objets de récupération, de cailloux ramassés.

"Emile arrive à l’Ermitage le 1er avril 1878, ce n’est pas un véritable ermite, c’est un artisan : honnête, habile, astucieux, ingénieux, il est tailleur d’habits de son métier. Depuis l’Ermitage, Emile observe la construction de la basilique de Fourvière sur la colline d’en face. S’en inspire-t’il dans ses chapelles un peu orientales ? Sans doute. Il aura peut-être aussi vu ou entendu parler du palais idéal du facteur cheval qui se construit à cette époque....
Emile Damidot, dit Frère François, l’Ermite tailleur d’habits, va construire un merveilleux vêtement pour le jardin de prière de Saint-Cyr. L’étoffe de cet habit merveilleux, il le tisse avec les cailloux ramassés sur les chemins. Il brode des pierres précieuses, faites de verres colorés sertis dans des grilles de serrurerie. Ses mains habiles servent à merveille son esprit de poète joyeux. Les chapelles qu’il imagine il les façonne, il y dépose l’empreinte de ses doigts. Il expérimente dans ses sculptures en maçonnerie un nouveau matériau de l’époque : le ciment artificiel. Il draine l’eau de pluie des toitures et alimente des bassins, il plante des fleurs, des parfums de l’ombre et des couleurs dans son jardin. Il installe des personnages dans les niches. Il va sculpter pendant 32 ans ce merveilleux manteau de rocaille pour son jardin."


 (photo Google)






















"Jean Rosset, lui, qui est sculpteur sur tout ce qui cherche à lui résister (glace, etc. mais essentiellement bois), considère ses œuvres, proches de l’Art brut, comme une nécessité aussi vitale que la passion de frère François pour la rocaille. Chacune de ses sculptures est née d’un lent consensus allant du choix de l’arbre à la manipulation de ses tronçonneuses. Il ne faut donc pas s'étonner que ses têtes énormes ne présentent aucun hiatus parmi les rocailles du moine ! Tout se passe comme si elles avaient toujours cohabité! "
Jeanine Rivais














"L’histoire de l'Ermitage est riche de presque 7 siècles. Le site est fondé au XIVème siècle par un religieux de l'abbaye de l'Ile Barbe alors très puissante au nord de Lyon. Pendant 5 siècles, les ermites s'installent au Mont Cindre et forgent l’histoire du lieu. Lors de la période révolutionnaire, l'ermitage est pillé. Il devient ensuite une propriété privée. Mais les habitants ne l'entendent pas ainsi : attachés à l'ermitage, ils rachètent le site en 1800 grâce à la vente de la récolte des noyers de la commune. Jusqu'en 1910 les ermites se succèdent à l'Ermitage du Mont Cindre. Bâti à flanc de carrière, le site de l'Ermitage est une triade : un jardin potager et un jardin imaginaire enserrent la chapelle romane construite en pierres dorées. Au Nord, le Jardin Imaginaire, insolite, est une œuvre spontanée apparue dans les rêves d'un homme du XXème siècle. C'est aujourd'hui un chef d'oeuvre d'architecture naïve. Pendant 40 ans, l'apprenti architecte Émile Damidot expérimente le ciment artificiel et dessine un étonnant manteau de rocailles pour son jardin. Parés d'une dentelle de mortier, niches, bassins, grottes et chapelles se noient dans le luxe de la végétation. L'ensemble est dominé par le belvédère qui offre un panorama remarquable sur 5 départements. Calme et raisonnable, le jardin potager se déploie au Sud. C'est un jardin conventionnel lié à la terre, il permettait aux ermites de vivre en parfaite autonomie. Enclos de mur, c'est aujourd'hui une terrasse de verdure qui surplombe la métropole lyonnaise et ses collines de Fourvière et de la Croix-Rousse. "






Jean Rosset au travail (photos Google)





Un article de Louis Nadau :

"Où, dans les environs de Lyon, peut-on voir cinq départements ? L’Ermitage de Saint-Cyr-au-Mont-d’Or, perché au sommet du mont Cindre, propose, depuis son belvédère, un panorama à nul autre pareil de la cité des Gones. Bâti à flanc de carrière, l’Ermitage abrite surtout une pépite de l’architecture naïve, comparable, quoique moindre, au Palais idéal du Facteur Cheval. Pendant trente-neuf ans, le dernier ermite du mont Cindre, Émile Damidot, a construit ce jardin minéral, destiné à la prière, à la méditation et au recueillement.
Émile Damidot, dit frère François, arrive de l’abbaye de l’Île Barbe en 1878. Il est artisan tailleur. Année après année, il brode, souvent à mains nues, les dentelles de pierre de l’Ermitage, tisse des chapelles et bâtit un chemin de croix, jalonné de niches, de bassins et de fleurs. Depuis ce point haut unique, il observe la construction de la basilique de Fourvière, et s’inspire peut-être de son architecture.
Il expérimente, aussi, utilisant pour la première fois du ciment artificiel. L’édifice est un mélange de techniques traditionnelles, voire primaires, et de sophistication extrême. Ce jardin de rocaille culmine à 12 mètres du sol, et domine Lyon, qui s’étale 700 mètres plus bas.

Une merveille menacée

Au fil des ans, l’œuvre de frère François subit les outrages du temps. En 2008, la situation devient critique. Un plan de restauration est lancé par la commune, porté par l’attribution du prix « Projet » des Prix rhônalpins du patrimoine 2014. Le coût de cette restauration, débuté en 2013 et estimé en tout à 600 000 euros, excède les moyens de la commune de Saint-Cyr. Une souscription publique a été lancée par la mairie avec la Fondation du Patrimoine depuis 2010. La recherche de mécénat vise d’abord à sécuriser le site et à préserver le belvédère, la partie la plus endommagée du monument. L’avancée des travaux permet une ouverture partielle du site. L’occasion d’admirer l’une des plus belles vues de la région lyonnaise."



LA BIENNALE

CHEZ JEANINE RIVAIS

DANS LE PROGRES

D'AUTRES PHOTOS

(cliquer)

Ermitage du Mont Cindre
69450 Saint-Cyr-au-Mont-d’Or



Aucun commentaire: